Namur Diljaver, un Albanais de 39 ans, a vengé l’honneur de son fils

L’histoire commence le 20 juin 2016. Ce jour-là, cinq personnes envahissent la maison de Yosaf, un autre Albanais. Cinq gars armés de battes de base-ball et décidés à cogner pour faire mal. Yosaf, pour se défendre, se saisit d’un couteau et frappe d’un coup non létal le fils de Diljaver. Partant de la loi du talion, ce dernier décide de venger l’honneur bafoué de sa famille. Par crainte de représailles, Yosaf avait décidé de dormir chez sa maman ce soir du 17 septembre 2016.

Alors qu’il gare son véhicule rue de la Pépinière, devant la maison de sa maman, Yosaf voit son auto bloquée par celle de Diljaver. Aussitôt, celui-ci fait feu sur l’homme qui a sali l’honneur de sa famille. Ce qui sauve Yosaf, c’est la mauvaise qualité des munitions reconditionnées. L’arme est un antédiluvien pistolet Astra 6,35 mm.

Au cours de la tentative d’assassinat, l’arme tirera une balle qui pénétrera mollement la carrosserie de la voiture sans aller plus loin. En tentant de remédier aux problèmes d’enrayage, Diljaver s’est blessé à la main. Lors de sa fuite, il balancera l’arme derrière un mur. Auparavant, il aura aussi tenté de poignarder Yosaf, lequel a bien tenté de se défendre avec un couteau que sa sœur lui avait apporté.

Les parties civiles souhaitent des mesures d’éloignement de Diljaver ainsi qu’un dédommagement de 5.000 € pour Josaf et la même chose pour Yasmina.

Le parquet requiert 8 ans, histoire de faire réaliser à Diljaver la gravité de ce qu’il a fait. Me Somers, son conseil, parle plutôt de tentative d’intimidation plutôt que d’assassinat et de poursuivre son client pour menaces. Pour elle, une peine de probation autonome suffira ! Jugement le 31 mai.

R. Tom