Namur

L’UCL Namur – Mont-Godinne, l’HENALLUX et la Ville de Namur concourent pour des prix remis le 16 mai prochain.

Il y a quelques mois, Belfius lançait un concours visant à primer les meilleurs projets innovants qui contribuent à relever de façon intelligente les défis majeurs de notre société. Cet appel à projets s’adressait aux pouvoirs locaux, aux entreprises, aux écoles et aux institutions de soins des quatre coins du pays. Au total, pas moins de 185 candidatures ont été introduites, parmi lesquelles 50 ont été nominées en vue de la remise officielle des Belfius Smart Awards 2016 le 16 mai prochain. Parmi eux, trois projets namurois.

> Magic Voice Tablet développée par les équipes de l’UCL Namur-Mont Godinne pour les personnes opérées du larynx et privées de l’usage de la parole.

© D.R.

En perdant totalement ou partiellement l’usage de la parole, le patient laryngectomisé se retrouve isolé. Sa vie sociale est perturbée. Grâce à ses applications de synthèse vocale, cette tablette d’un nouveau genre entend favoriser l’intégration des personnes privées momentanément ou définitivement de l’usage de leur voix. Sur la Magic Voice Tablet, le patient trouve de nombreuses informations simples et structurées sur la maladie. Mais aussi des explications, des séquences de soins filmées, une foire aux questions, des témoignages, etc. Pour les nouveaux utilisateurs, un accompagnement à l’utilisation de la Magic Voice 3 Tablet est prévu par des professionnels, des patients-partenaires et des bénévoles familiarisés avec l’outil.

> Energrid mené conjointement par l’Henallux et l’ULg et visant à mettre au point une solution de Cloud énergétique permettant de réduire la dépendance vis-à-vis du réseau classique et de limiter les risques de rupture d’approvisionnement.

© D.R.

Grâce au système nanogrid, les échanges énergétiques se font de pair à pair. Ce système modulaire pourra être appliqué dans les bâtiments industriels, dans le secteur résidentiel comme dans celui des services. Les bâtiments équipés en nanogrid pourront diminuer leur dépendance énergétique au réseau classique jusqu’à être autosuffisants. Ce projet répond à des besoins à la fois sociaux et environnementaux. L’intégration du nanogrid dans des bâtiments permet en effet de varier les sources de production d’énergie. Lorsque les nanogrids injectent de l’énergie sur le micro-réseau, elle est redistribuée localement. Un avantage qui limite les pertes liées au transport de l’énergie.

> Le plan de mobilité intelligente de la Ville de Namur a été retenu par le jury en vue de l’attribution du Belfius Smart City Award de plus de 30.000 habitants.

© D.R.

Ce système - que nous avons déjà expliqué dans nos pages - reposera sur trois axes. D’abord, la commune collectera de l’information sur la circulation par des caméras, des boucles de comptage, des capteurs placés sur les principaux axes d’entrée dans la ville. Ces données seront complétées par celles déjà détenues par la commune (travaux en cours, parkings, etc.) et par certains partenaires extérieurs (TEC, Li Bia Vélo, etc.). Ensuite, l’information sera centralisée et traitée, permettant un réel pilotage de la politique de mobilité. Enfin, les informations traitées pourront être diffusées par divers canaux: panneaux à messages variables, web,… Ces données seront accessibles en open data afin que des tiers puissent à leur tour les utiliser au service de la population. La Ville a également signé une convention avec l’Agence wallonne de l’air et du climat pour installer une station d’analyse de l’air permanente, qui sera couplée à des microcapteurs installés dans le cadre de ce projet.