Namur Ses amis et commerçants s’inquiétaient de ne plus le voir depuis un mois

Un article et des avis de recherche fleurissent sur Facebook depuis plusieurs semaines. Le volubile Alain Bayens, ex-SDF namurois vivant désormais rue de Bruxelles, n’avait plus montré signe de vie depuis sa sortie de l’hôpital, à la mi-juillet.

Il ne publiait plus rien sur Facebook alors qu’il avait l’habitude d’y être très actif, ne faisait plus son tour du quartier ou ses pauses-café auprès de ses commerçants favoris et son numéro de téléphone sonnait inlassablement dans le vide.

Nous avons retrouvé Alain dans une petite forme, moins souriant que d’habitude, amaigri, mais en bonne santé. "J’ai été hospitalisé pour déshydratation. C’est qu’il y a eu une canicule, c’est aussi pour ça que j’ai maigri. Je mange peu, mais je mange quand même" , tient à rassurer celui qui en a aidé beaucoup d’autres à sortir de la rue.

© Veronesi

Sa petite forme , elle lui vient de ses soucis. Depuis qu’il a hérité d’une petite somme au décès de sa maman l’an dernier, Alain a été la proie de plusieurs personnes qui ont profité de sa bonne âme. "J’ai prêté 10.000 euros à une amie, 10.000 à une autre, quelques milliers d’euros à des voisines en difficulté et elles ne veulent pas me rembourser alors que maintenant c’est moi qui suis dans la dèche" , regrette-t-il.

Alain émarge au CPAS, ce qui lui permet de payer son loyer et sa nourriture mais il a été bloqué par Proximus à cause de son bon cœur, dont certains n’hésitent pas à abuser.

"Tout le monde dans le coin a mes codes et utilise mon Internet : la facture est montée à 1.250 euros que je ne sais pas payer", explique-t-il. "Parfois, les choses étaient plus simples dans la rue. Le matin, je me réveillais avec le chant des oiseaux, pas avec des soucis en tête" , avoue-t-il.