Namur

Un comité de conciliation composé de seize personnes et présidé par Henri Bogaert sera mis en place pour ajuster le projet de revitalisation du square Léopold et de l'actuelle gare des bus incluant l'implantation d'un centre commercial, a annoncé jeudi au conseil communal le bourgmestre empêché de Namur, Maxime Prévot. 

Dimanche, les Namurois invités à s'exprimer sur l'avenir du parc Léopold lors d'une consultation populaire ont voté majoritairement "non" aux trois questions qui leur étaient posées. Après l'annonce des résultats, le collège avait annoncé son intention d'organiser des tables rondes réunissant les diverses parties prenantes.

Le comité de conciliation se composera de deux fois huit personnes. Le premier groupe sera composé de cinq échevins (ceux du Commerce, de l'Urbanisme, des Espaces verts, de l'Aménagement du territoire, de la Mobilité), du bourgmestre en titre, Maxime Prévot, de l'échevine déléguée aux compétences mayorales, Anne Barzin, et du promoteur Banimmo. Seront en outre invités deux représentants du Collectif pour la préservation du Parc Léopold et un représentant de l'opposition PS, de l'association des commerçants namurois, de l'association des commerçants jambois, de l'Union des classes moyennes, de l'association du management centre-ville (AMCV) et du comité de quartier de Bomel.

Afin d'offrir toute garantie de neutralité dans le pilotage des futurs travaux, le Namurois Henri Bogaert a accepté de présider le comité. "Henri Bogaert était jusqu'il y a quelques mois le patron du Bureau fédéral du Plan. Economiste renommé, manager reconnu, président du conseil d'administration de l'Institut supérieur de musique et de pédagogie (IMEP) et administrateur de l'Université de Namur, ce sage est réputé pour sa capacité d'analyse et d'équidistance par rapport aux dossiers qu'il suit et nul doute que ses qualités de fédérateur seront fort utiles", a commenté Maxime Prévot.

Une première date de réunion sera communiquée aux intéressés après les vacances de Carnaval. Le comité fixera lui-même le programme et le rythme de ses travaux. Ses conclusions sont attendues avant l'été.

Eliane Tilleux, cheffe de groupe PS, estime que ce n'est pas honnête d'avoir d'un côté sept personnes de la majorité et de l'autre, un seul représentant du PS. "Ce n'est pas équilibré. Permettez-nous d'être deux ou trois dans ce groupe!", a-t-elle demandé, sans quoi aucune harmonie ni aucun dialogue ne seront possibles, selon elle.