Namur Eric Bourguignon fabrique des panneaux de protection pour les cas de crue et tire la sonnette d’alarme

À Neufchâteau, la société Hydroprotect existe depuis une dizaine d’années. Eric Bourguignon est un artisan-fabricant-concepteur de dispositifs de protection contre l’inondation (NdlR : bâtardeaux dans le jargon). Il a acquis une renommée internationale. La France, l’Italie et l’Espagne sont des marchés conquis. Idem en Wallonie où il a l’habitude d’intervenir en cas d’inondation.

Aujourd’hui, le patron tire la sonnette d’alarme. Il est du même avis que la plupart des climatologues : tous redoutent que les catastrophes naturelles soient de plus en plus nombreuses dans le futur. Selon lui, plusieurs communes wallonnes auraient du retard en matière de prévention. Il cite notamment les moyens actuels utilisés pour alerter la population en cas de crue.

"Niveau transmission de l’information, on est presque au Moyen Âge par rapport à la Flandre. La semaine dernière, je suis resté devant mon PC toute la nuit pour connaître l’évolution de la montée des eaux. Et c’est seulement vers 5 heures du matin que le bulletin d’information a été publié. Sur le site flamand (NdlR : Waterinfo - disponible en 2 langues), vous bénéficiez d’une information plus ciblée et pratiquement en temps réel sur la situation des cours d’eau. Sur ce point, ce sont eux qui ont une longueur d’avance. Ils sont visiblement mieux équipés. C’est ça, le surréalisme en Belgique", explique-t-il.

Effectivement , plus vite on est au courant de la situation, plus vite on peut réagir. Surtout en cas de grosse crue. Une aide précieuse pour les services de secours. Justement, voilà un autre point qui fâche notre artisan. "On va délocaliser la Protection civile (Libramont) apparemment du côté de Liège. Le jour où il faudra faire face à des inondations simultanées dans différentes provinces - pour rappel 98 % des communes wallonnes sont concernées - que ferons-nous ? Combien de temps cela va-t-il prendre pour secourir les gens ? Notre culture du risque est déficitaire, il faut informer la population afin qu’elle prenne conscience de notre vulnérabilité et que les comportements soient mieux adaptés face à la menace. Il serait temps d’agir", poursuit-il.

Eric Bourguignon appelle ainsi les politiciens concernés à passer à l’action. Si des aménagements doivent être réalisés, il est essentiel de prendre en compte l’évolution climatique et les conséquences que tout cela aura sur notre habitat.

L.T.