Namur

L’auteur a tenté de fuir en voiture mais a été intercepté !

Il était 0h30, dans la nuit de samedi à dimanche, sur le parking d’un restaurant de Beuzet (Gembloux) lorsque Nicolas Decamps 26 ans s’est écroulé, victime d’un coup de couteau en plein thorax. L’auteur du coup mortel a pris la fuite en direction de Namur mais a été intercepté un peu plus loin sur la N4 à hauteur de Rhisnes. Les secours, arrivés pourtant très rapidement sur place, n’ont rien pu faire pour la pauvre victime.

Mme le Substitut de permanence auprès du Parquet de Namur, contactée par téléphone, est très étonnée : "Je suis descendue sur place pendant la nuit et je ne comprends pas ! Il n’y avait eu aucune altercation à l’intérieur du resto : tout se passait bien. Deux groupes fêtaient les anniversaires respectifs de l’un d’entre eux. Actuellement, on ignore le motif de la dispute. En tout cas, elle n’a a duré longtemps : l’auteur des faits, un jeune homme de 23 ans se serait adressé à la victime, un homme originaire de Binche, en lui disant 'Je vais te planter' et serait directement passé à l’acte en lui plantant un couteau en plein thorax." L’auteur des faits a été privé de liberté dès son interpellation.

C’est le juge d’instruction Olivier Bontyes, de Dinant, qui a été chargé de l’affaire. Le restaurant dont il est question est situé le long de la Nationale 4, à l’entrée de Gembloux. Il fait partie d’une chaîne de trois restos-brasseries portant le même nom à Namur et à Amay et spécialisés dans les fondues, les grillades et autres piérrades, l’idéal pour un repas entre amis ! Inutile donc de préciser que le resto n’a rien à voir avec ce qui s’est passé la nuit de samedi à dimanche sur son parking. En attendant, l’enquête suit son cours.


Quelques heures après le drame qui s'est noué dans la nuit de samedi et dimanche à Beuzet, le restaurant Le Saint-Loup a tenu à adresser ses condoléances à la famille Decamps, via un message publié sur la page Facebook des 3 restaurants Saint-Loup.

"Ce week-end, l'impensable s'est produit à l'extérieur de notre restaurant de Gembloux. Après une soirée tout à fait calme au sein de notre établissement, une altercation entre deux clients a eu lieu sur le parking alors qu'ils repartaient. C'est alors qu'un geste totalement incompréhensible a fait basculer cette soirée dans le drame le plus absolu, comme vous avez pu le voir dans les médias. La direction et tous les membres de l'équipe sont de tout coeur avec la famille dans cette épreuve difficile. Profondément affectés par ce tragique événement, nous collaborons étroitement avec la police pour faire la lumière sur les circonstances de cette altercation et tenter d'expliquer l'inexplicable."

Si le personnel a été mis en congé dimanche, le travail a repris ce lundi, un service étant prévu au soir. Philippe Bosco est ému au moment de se remémorer les faits. 

"Cela s'est passé vers minuit, il restait 5 membres du personnel, dont une étudiante. Pour eux aujourd'hui, c'est très dur, tout le monde est marqué. Pour ma part, je venais de finir mon service en cuisine et je rentrais, j'ai évidemment été immédiatement rappelé. Quand je suis arrivé, il y avait une bâche sur le corps du jeune homme, on attendait le parquet qui était en route. Il y avait un sentiment de panique. Nous avons fait rentrer les clients qui étaient sortis pour voir ce qui se passait. De telles choses ne se sont jamais produites. Je travaille depuis 30 ans et je n'ai jamais eu une bagarre dans l'un de mes restaurants. Les jeunes qui accompagnaient la victime étaient très agréables, ils rigolaient avec le personnel. Il n'y a pas eu d'accrochage entre les deux groupes, il étaient à des endroits opposés dans le restaurant. C'est incompréhensible. quand on regarde les additions, personne n'avait consommé d'alcool outre mesure. Le couteau ? Nous ne savons pas si il venait de chez nous ou pas, la police ne nous a rien dit à ce sujet. L'auteur présumé, une fois qu'il est sorti de l'établissement n'est pas rentré. Avait-il subtilisé un couteau ? Je ne sais pas. Une fois que cela a eu lieu, nous sommes restés sur place jusque 7 h du matin, nous avons essayé de prendre soin des proches de la victime, nous leur avons proposé des couvertures. La psychologue de la police était présente sur place. Aujourd'hui, nous avons une grosse pensée pour la famille de ce jeune, qui était juste venu manger un bout."