Namur Le Tec répond aux opposants du chantier de la bande bus à Bouge

Ils ne sont pas contents du tout, au Tec, que certains riverains et conducteurs de bus remettent en question le choix de la chaussée de Louvain pour accueillir les navetteurs qui utiliseront le P + R et la décision d’y construire une bande bus au centre. Une fois passés les désagréments des travaux - le chantier du bas est en cours et celui du haut se tiendra l’an prochain -, chacun se rendra compte des améliorations, assure Simon Collet, directeur d’exploitation du Tec Namur qui met les points sur les i, une première depuis que nous suivons le dossier.

Une option écartée depuis dix ans. "Lorsque l’étude sur les P + R s’est tenue en 2008, il a été conclu que la route de Hannut n’était pas une meilleure option. D’une part, elle allait coûter plus cher à long terme car il faudrait exploiter une ligne qui n’y roule pas encore alors que la ligne 27 existe déjà et est très fréquentée sur la chaussée de Louvain. Il suffit de la renforcer aux heures nécessaires pour absorber les passagers du P + R."

Autre donnée : puisqu’il n’y a pas ou peu de logements et de commerces sur la route de Hannut, la ligne mise en service - ou le prolongement de la ligne 5 - rouleraient à vide une partie de la journée. Ou alors les navettes qui relient le P + R au centre-ville ne circuleraient qu’aux heures de pointe, ce qui dissuaderait ceux qui ne correspondent pas aux horaires d’utiliser le P + R.

En outre, la Région wallonne, qui soutient la bande bus chaussée de Louvain, préfère réserver la route de Hannut au trafic automobile plutôt qu’aux transports en commun.

Un meilleur choix pour les usagers. "Le fait de renforcer la ligne 27 va servir autant aux personnes extérieures qu’aux habitants du quartier puisqu’ils auront davantage de bus en circulation. On sait que la ligne 27, qui dessert notamment l’hôpital Saint-Luc, est bondée à certaines heures." Mais il ne sert à rien d’ajouter des bus supplémentaires si c’est pour les jeter dans les embouteillages. Il vaut mieux créer une solution pour fluidifier le trafic avant d’augmenter les fréquences. Idéalement, cette bande bus ne serait pas divisée en deux tronçons, mais il fallait maintenir du stationnement. Son tracé résulte donc d’un compromis. On verra à terme s’il fonctionne comme escompté.

Magali Veronesi