Namur Les migrants vivent dans les abords de celle-ci, cachés le jour.

De nombreux migrants sont présents sur l’aire d’autoroute de Spy et ses abords depuis quelques semaines, dans l’espoir de pouvoir monter à bord d’un véhicule les emmenant vers l’Angleterre. La situation a dégénéré dans la nuit de mardi à mercredi. A l’heure d’écrire ces lignes, le groupe Total, pourtant contacté, n’avait pas réagi à notre demande.

"Si vous espérez en apercevoir, vous vous trompez d’heure ! C’est la nuit qu’ils sortent !", nous confie une dame. "Lorsque nous arrivons peu avant 5h du matin, nous les voyons tenter de se soustraire à la lumière des phares… Ce matin, c’était différent ! Des policiers comme s’il en pleuvait, avec un hélico et une autopompe,… Le grand jeu, quoi !".

"Une présence policière qui nous a réveillé en sursaut puisqu’ aux alentours de 5h du matin, tous les policiers étaient rassemblés sur la place communale. On a compris le pourquoi de leur présence en allant sur FB !", raconte un couple de riverains !

De retour sur l’aire de Spy, nous recontactons la dame interrogée plus haut : "Le pompiste de nuit a donné l’alerte tant la bagarre était violente. Les migrants ont pris l’habitude de se dissimuler vers le fond du parking, près de la sortie Charleroi. C’est là qu’ils règlent leur popote mais, cette fois, ils se sont battus plus avant sur le parking."

Pourtant, au moment de fuir, beaucoup de migrants, pour la plupart des Africains, ont choisi d’emprunter le chemin de terre qui longe le parking. Nous aussi l’avons emprunté : un trou dans la clôture du parking, une glissade de quelques mètres et les champs s’étendent à perte de vue devant vous ! Plus inquiétant : des bois ont été taillés en pointe, prêts pour la bataille ! Çà et là, des sacs de couchages, des cannettes, des bouteilles d’alcool, pas un dépotoir mais un endroit où des gens ont séjourné voire attendu une place dans un camion vers la Grande Bretagne !

En tout cas, deux personnes n’étaient pas au courant de l’opération policière de cette nuit. Croisé ce midi à la maison communale, le bourgmestre Daussogne nous a déclaré : "Vous en savez plus que moi, car je ne suis au courant de rien !". Plus tard dans la journée, le Chef de Corps de la Zone de Police Val de Sambre et lui signalaient la présence à partir de mercredi d’un renfort de 2x8 policiers de la Police Fédérale pour patrouiller sur les zonings. "C’est quand même un peu tard", concluait le mayeur !

R.Tom