Namur La dépollution du sol est prévue pour septembre

Peu de temps après l’Exposition universelle de Milan de 2015, la Ville avait acquis le pavillon Belga. Doté d’une architecture moderne et réparti sur environ 2.500 mètres carrés, le pavillon a pour objectif de faciliter la transition de notre société vers le numérique. Il s’inscrit tout particulièrement dans la volonté de la majorité communale de faire de Namur une ville smart.

Alors que le début de la première phase de travaux avait débuté en novembre 2017, rapidement un problème de taille s’est posé. Après vérification de la qualité du sol, le verdict est tombé : le sol est pollué, gorgé de métaux lourds. "On ne sait pas très bien quelles sont les causes de cette pollution et nous n’aurions absolument pas pu le prévoir, mais on en connaît la nature qui nécessite donc un traitement particulier", rappelle le bourgmestre. Un traitement qui n’était pas prévu au budget initial.

Étant donné que le chantier est subsidié totalement par la région wallonne, une modification budgétaire devait d’abord être approuvée par la tutelle en juin. "Nous avons dû attendre six mois en raison des délais administratifs, donc au total oui il y aura un retard d’un an", poursuit Maxime Prévot. À l’origine, le gros œuvre devait être terminé pour septembre 2018, mais en raison de ce retard, c’est en effet pour l’été 2019 que la fin des travaux est prévue.

Côté budget, pour rappel, le gouvernement wallon subsidie l’ensemble des coûts, soit 2,4 millions d’euros dédié aux grandes infrastructures touristiques wallonnes et 1,2 million pris en charge par le ministère de l’innovation et du numérique. La modification budgétaire apportée récemment s’élève quant à elle à environ 100.000 euros. Le feu vert de la région a été donné récemment et impliquera la reprise du chantier début septembre.

"Il faudra d’abord entamer la dépollution du sol début septembre avant de démarrer le gros œuvre. Sur ce dernier point, le calendrier sera fixé à la fin des congés du bâtiment qui viennent de débuter pour trois semaines", précise l’échevin Tanguy Auspert. Une fois terminé, le Pavillon s’adressera à la fois au grand public et aux entreprises wallonnes avec un focus particulier sur la jeunesse et le tourisme.

L.Do.