Namur

Les faits remontent à la nuit de mardi à mercredi : une personne a surcollé plusieurs affiches électorales, notamment du groupe Agir Ensemble. Rapidement, les candidats politiques ont visé un adversaire mécontent ou jaloux, entraînant en même temps le lots de leurs supporters sur les réseau sociaux qui y allaient de leurs commentaires du genre “on vous soutient, tu ne mérites pas çà…”


Mais ils ont visiblement mal interprété le message de la colleuse, puisqu’il s’agit en l'occurrence d’une femme. Laure n’est effet pas candidate à ces élections communales, non, ce qu’elle veut, c’est interpeller le citoyen amené à voter. Elle s’en explique largement en public sur son mur Facebook. Son idée, ajouter un petit slogan censé faire réagir et réfléchir l’électeur. Elle comptait bien poursuivre son action envers les listes PS et MR, mais elle n’en aura pas le temps : “l'idée était de rire en interpellant gentiment mais j'ai eu vraiment peur quand ils se sont mis à me poursuivre avec appels de phare jusque Florennes !” Elle s’étonne aussi des remous que cela a engendré sur les réseaux sociaux : “Je n'imaginais pas l'agressivité qui se cachait dans cette campagne entre ces gens qui dirigent encore la commune ensemble”.
Et la dame tire cette conclusion : “vraiment désolée d'avoir provoqué un si grand séisme. Je pensais que l'interpellation citoyenne était admise. N'est ce pas le mot d'ordre de toutes les listes : se rapprocher du citoyen et permettre la liberté d'expression ? “ Sans doute, mais pas en période électorale ...