Namur Dimitri Delecaut voulait l’organiser à nouveau, mais l’autorisation a tardé

L’an dernier, de nombreux Namurois ont regretté l’absence de Namur-les-Bains. Cet événement qui drainait des dizaines de milliers de visiteurs dans un village pour boire des cocktails sur un transat des orteils dans le sable au milieu de la ville.

Cette année , Dimitri Delecaut avait annoncé son intention de faire revivre l’événement. Mais malgré son envie et la bonne volonté du bourgmestre, les autorisations de la régie des bâtiments ont tardé, ce qui l’a empêché de trouver des partenaires à temps.

Dimitri Delecaut, organisateur d’événements à Namur et ailleurs, regrette de ne pas avoir pu faire renaître Namur-les-Bains cette année. "J’étais partant, Maxime Prévot aussi ainsi que d’autres membres du collège. Mais pour accéder au terrain de la Ville, il fallait obtenir des autorisations de passage sur un terrain fédéral, à côté des contributions. Les démarches ont pris du temps et l’autorisation est arrivée fin mai, trop tard pour trouver des exposants et partenaires pour monter l’événement. Quand on sait que c’est un budget de 200.000€ entièrement à charge du privé, je ne pouvais pas prendre le risque financier de ne pas y arriver", explique-t-il.

À cela, il faut ajouter l’organisation d’un autre événement de taille qui a mobilisé son énergie au printemps : la rediffusion des matches des Diables Rouges sur écran géant à la piscine de Jambes. "C’est vrai que ça m’a pris pas mal de temps. Et puis j’ai perdu mon papa à cette époque-là aussi, ce n’est pas rien", avoue Dimitri Delecaut.

Ce qui ne veut pas dire que Namur-les-Bains est définitivement enterrée. "Au contraire, je suis déjà en train de concevoir l’événement pour l’année prochaine, avec des nouveautés et le respect des riverains."

Malgré les plaintes pour le bruit, il ne se décourage pas. "Il faut continuer à faire vivre Namur l’été. Il y a des plages urbaines dans toutes les villes importantes, on ne peut pas lâcher. Je déposerai un dossier fin octobre, juste après les élections, histoire de m’y prendre assez tôt pour faire ça bien et ne pas être freiné s’il devait y avoir des lenteurs administratives", promet-il.