Namur Les conseils des prévenus pointent du doigt le travail bâclé, disent-ils, des enquêteurs

Le 4 décembre 2016, 5 personnes sont prises en otage dans une coquette maison de Tamines. 5 personnes désormais traumatisées à vie par les horribles moments passés entre les mains de bandits. Ils n’ont pas hésité à rouer de coups Henri, le propriétaire et à le menacer de mort, à s’accorder des privautés avec Pascale, la compagne d’Henri, avant de lui placer une arme sur la nuque pour qu’elle ouvre plus rapidement le coffre-fort.

Les malfrats ont fait main basse sur 5.000 €, là où ils en espéraient 400.000 €. Ils feront malgré tout main basse sur des bijoux et des sacs de haute-couture (Louis Vuitton, Hermès…).

Les bandits n’hésiteront pas non plus à placer un 357 Magnum dans le cou du fils d’Henri pour qu’il rejoigne le rez-de-chaussée. Ils abandonneront une famille et son couple de locataires morts de peur, à un point tel qu’ils ont l’angoisse de rencontrer leurs agresseurs et, pour cela, ont refusé de se constituer parties civiles.

Dans un très long réquisitoire, le parquet avait requis 22 ans de prison pour Brahim, réputé chef de bande et dealer de cannabis, 21 ans pour Ahmed, aussi coupable d’attentats à la pudeur, 20 ans pour Ali, trop violent, 12 ans pour Damien, le logisticien et 5 ans pour Ariane, avec possibilité d’un sursis total.

Jean-Philippe Mayence, le conseil de Brahim, l’avait promis : tout au long de sa plaidoirie, il a mis à mal l’enquête diligentée par le juge d’instruction : "Le parquet ne possède aucune preuve contre mon client mais seulement un faisceau de présomptions qui ne tiennent pas la route, comme ces mégots retrouvés sur place… L’ADN n’a pas permis d’y identifier un des agresseurs."

Ou encore : "Un certain palmarès ne justifie pas d’accuser d’office mon client : il tente actuellement de se reconstruire avec Ariane, sa compagne, avec qui il a eu un enfant." Me Mayence sera suivi dans cette voie par les autres conseils qui réclameront à leur tour l’acquittement de leurs clients. Jugement le 5 septembre.