Namur La plage installée au quai des Joghiers est souillée de façon répétitive en semaine

Chaque semaine, le quai Novèle, l’espace de détente familial aménagé en plage l’été et mis à disposition par l’office du tourisme, est dégradé et les exploitants sont victimes d’incivilités.

Avant son ouverture, on déplorait déjà les cadavres de bouteilles laissés sur le quai par ceux venus passer leur soirée en bandes au bord de l’eau. La Ville espérait que le phénomène allait cesser avec l’occupation du lieu.

Maintenant que l’animation estivale a commencé grâce à Colonel Moutarde les week-ends, le phénomène n’a pas diminué. Première semaine : un transat volé. Deuxième semaine : un transat cassé. Ces derniers jours, l’endroit a été pris pour cible par des vandales : tags un peu partout, décoration volée ou jetée, plantes déterrées, table de pique-nique pour enfants endommagée, plante d’agrément déterrée, table à langer brûlée à la cigarette.

"Juin, c’est la période critique. On verra en juillet si ça continue. L’an dernier, on m’avait détruit des meubles. Ils sont vissés au sol, impossible de les prendre sans les casser. Ça avait été mieux après", raconte Thierry Beugnies alias Colonel Moutarde, qui anime l’endroit trois soirs par semaine.

"Quand on organise des événements de ce type, on constate que les incivilités sont partout. Et qu’elles ne sont pas commises que par des jeunes ou des personnes bizarres, explique-t-il. Le week-end dernier, j’ai réprimandé un gars qui urinait sur la paroi des toilettes alors qu’il n’avait qu’à pousser la porte pour entrer. Une dame était en train de cacher dans son sac des verres à cocktail que j’achète 55 cents chez Action."

Côté propreté, on passe deux fois par jour pour enlever les détritus, ce qui n’empêche pas les saletés à terre ou les mégots dans le sable où vont jouer les enfants. "La Ville est très vigilante et je suis ravi. Malgré ça, entre le moment où l’équipe de la propreté publique vient dans l’après-midi et le moment où l’on ouvre le bar, s’il se passe deux heures, on devra encore nettoyer les installations à cause des incivilités", regrette celui qui n’est présent sur place que du vendredi au dimanche.

"Lorsqu’on organise des événements où l’on laisse du matériel, comme Cantine en ville, on prend un agent de sécurité pour passer la nuit sur place. Ici, c’est différent." Le principe est de laisser la plage et ses installations (tables, chaises, transats…) pour que chacun puisse en profiter librement et sans payer.

Thierry Beugnies ne remplacera pas le mobilier manquant ou abîmé à chaque fois. "On va le faire une fois pour voir. Et, au mois d’août, je vais organiser un atelier avec des palettes et une visseuse." Son titre : Fabrique tes meubles de récup’ toi-même au lieu de les piquer !

Magali Veronesi