Namur Et trois échevins font partie du panel, voilà qui fait grincer les dents des participants

Alors que la première des trois réunions des ateliers urbains - cette idée de coconstruction qui doit définir ce que souhaitent les Namurois pour le quartier Léopold - s’est tenue il y a quelques jours, plusieurs participants émettent des doutes sur la transparence et la neutralité du processus. Leur identité ne sera pas dévoilée puisqu’ils sont tenus à la confidentialité sur ce sujet jusqu’après les élections.

"J’ai été surprise de voir que trois échevins faisaient partie du panel : Stéphanie Scailquin, Luc Gennart et Arnaud Gavroy. Ils sont censés se représenter eux-mêmes en tant que citoyens. En réalité, on a plutôt l’impression que c’est truqué et que la Ville souhaite faire pencher les débats dans son sens", regrette ce participant.

Qui s’étonne, alors que chaque partie n’est représentée que par une personne, de constater que Besix Red tient deux sièges au lieu d’un. "Ça semble bizarre d’autant qu’on ne veut pas nous expliquer quels sont les critères qui ont déterminé le choix du panel."

On le sait : le PS, le Forum citoyen et le collectif pour la sauvegarde du parc Léopold avaient attiré l’attention de l’ASBL sur les résultats qui ne seront révélés qu’après les élections alors qu’il s’agit d’un enjeu important. Mais l’ASBL qui est chargée de la coconstruction par la Ville, Tr@me, s’est montrée inflexible.

Une autre participante s’inquiète aussi du fait que le sujet principal - à savoir : que veut-on faire du quartier Léopold ? - n’a pas encore été abordé alors que les deux-tiers des débats ont déjà eu lieu. "On s’est présenté, on a parlé de ce qu’on aimait ou pas à Namur, on nous a demandé si on voulait entendre des experts, mais on n’a pas du tout discuté de pistes ou même fait un état des lieux de l’endroit sur lequel on est censé travailler. Comment voulez-vous qu’on traite le sujet sur le fond et qu’on dégage des pistes à ce rythme-là ? Il ne nous reste que deux ateliers", s’alarme-t-elle, en regrettant presque de s’être inscrite.

Du côté politique, on regrette aussi que tous les partis n’ont pas été autorisés à participer alors que le résultat est censé aider la future majorité à avancer dans ce dossier délicat : seuls les groupes CDH, MR, Ecolo et PS sont représentés.

Magali Veronesi