Namur C’est la question posée aux usagers du quartier Léopold pour un nouveau projet

Comment sortir la tête haute d’une impasse ? Comment ne pas laisser pourrir le dossier du centre commercial jusqu’aux élections en attendant la prochaine majorité ? Comment ne pas laisser le promoteur décider seul de l’aménagement du centre commercial et s’attirer le courroux des Namurois ?

Même si Besixred a annoncé au début de l’année qu’il présenterait des esquisses du futur avant l’automne, même si on sentait le bourgmestre impatient de voir le projet sur les rails avant la fin de la législature, tout a été interrompu dans le souci de regagner en crédibilité auprès des citoyens.

Le collège a décidé de lancer un processus de co-construction pour ce qui s’appelle désormais le quartier du square Léopold. "Rien n’est ficelé, rien n’est arrêté et tout reste à construire, même si de nouvelles idées ont déjà été lancées pour signifier que nous n’étions pas condamnés au surplace ou à l’échec", assure Arnaud Gavroy, fier d’avoir initié le processus.

Qui participera à ce groupe d’une trentaine de personnes engagées dans le processus de co-construction ? Le Forum citoyen (2 personnes), le promoteur Besixred (2), le Collectif parc Léopold (2), les Associations des commerçants de Namur (1) et de Jambes (1), le Comité de quartier de Bomel (1), GAU (1), le Tec (1), les partis du conseil communal (1 personne par groupe politique), la Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité (1), les habitants du quartier (minimum 3), les propriétaires d’immeubles dans le quartier (minimum 3), les commerçants et les employés qui travaillent dans le quartier (minimum 3).

Ils recevront une invitation nominative par courrier cette semaine. Les commerçants seront démarchés personnellement par le pavillon de l’aménagement urbain qui coordonne le tout. L’appel à candidatures est néanmoins ouvert à tous les Namurois afin de compléter le panel.

Pour un maximum de crédibilité et d’objectivité, la mission a été confiée à un opérateur extérieur, Tr@me, qui a l’habitude du processus où chacun commencera par vider son sac pour comprendre les perspectives et enjeux de chacun et arriver, au terme de 4 ateliers, à dégager des idées - parfois éclairées par des consultants experts à la demande - profitables à tous.

Magali Veronesi