Namur L’acteur et humoriste liégeois Renaud Rutten sera sur la scène place de l’Ange, le lundi des Namurois.

À tout juste 55 ans, Renaud Rutten enchaîne les spectacles et les tournages, mais reste toujours fidèle à lui-même. Il fera même un petit détour par Namur le lundi des Fêtes de Wallonie pour se produire sur la place de l’Ange à 16 h. Un nouveau challenge pour lui qui sort de ses salles de spectacle.

Vous tournez avec plusieurs spectacles actuellement, dont un nouveau en préparation. À Namur, cela va être un mixe de tout ça ?

"Non, pas de tous, à mon avis ça sera un mixe de mes spectacles de blagues où je m’amuse à raconter des blagues aux gens. Je vais m’amuser à faire un mélange de tout ça et faire l’imbécile pendant au moins 1 h 30."

Vous êtes un habitué du FIFF à Namur, en revanche, les Fêtes de Wallonie pas trop ?

"Et bien non, la dernière fois que je suis venu c’était il y a environ une vingtaine d’années. On a aussi de belles fêtes à Liège et sans aucune prétention, je suis aussi beaucoup occupé. Alors c’est vrai que je devrais peut-être venir un peu plus car j’ai des potes qui sont ici. C’est peut-être le début d’une nouvelle carrière d’amusement namurois."

Comment vous les imaginez ces Fêtes de Wallonie ?

"Alors moi, je compare un peu ça à notre 15 août à Liège. On m’a dit que c’était vraiment festif, une bonne beuverie avec des gens qui s’amusent qui font les cons et qui boivent des coups dans tous les petits bistrots du coin. En tout cas, si c’est comme notre 15 août, je me réjouis déjà."

Justement, en tant que Liégeois, vous connaissez le péket ?

"Oui, bien sûr. Je ne suis néanmoins pas fan. Je préfère boire un petit whisky ou un bon rhum, mais bon je ne demande qu’à découvrir. Je sais qu’à Liège, nous avons des pékets à tout. Il y a des monstruosités comme les pékets Schtroumpf ou cuberdon. Tout ça, c’est très peu pour moi. Maintenant, s’il y a des bons pékets comme peket dè Houyeu à Liège, pourquoi pas."

Et finalement Namur, vous en pensez quoi ?

"C’est comme Liège. C’est une ville avec des gens qui sont sympas, qui aiment la vie et qui parlent la même langue."

En plus des Wallos, on vous verra aussi au FIFF alors ?

"Et bien j’espère. En tout cas, si je ne suis pas en compétition avec un film. Je viendrai faire coucou à mes camarades qui seront là."