Namur

Gembloux, mieux armé, a les moyens d’accrocher les playoffs

GEMBLOUX Le contingent namurois en R1 a bien changé par rapport à la saison dernière. Loyers est monté en D3 mais Gembloux ne sera pas notre unique représentant. Il a été rejoint par Mariembourg et Belgrade, qui ont émergé des playoffs de R2.

Les Couteliers restent sur une belle sixième place et ont les moyens d’intégrer le quatuor de tête, du moins sur le papier. Il sera important de rapidement créer des automatismes, d’autant que la distribution a été revue de fond en comble. Demoor (Iata) et Despeghel (Profondeville) ne sont plus là. “Nous avons transféré le jeune meneur Gilles Lemy, de Fleurus”, confie le coach Alain Gaudry. “Il nous apporte plus de vitesse et son passage par le centre AWBB lui a permis d’avoir une excellente lecture de jeu. Il sera épaulé par Thierry Ramelot (Natoye) qui regorge d’expérience même s’il avait plutôt l’habitude d’évoluer à l’aile.”

Autres venues, celles de Stéphane Pierman (Belgrade) qui devra faire parler la poudre à distance et de Vania Peki (Schaerbeek), un solide pivot. “Je dispose à présent d’un vrai numéro cinq qui va vraiment peser dans la raquette et user les défenseurs. Auparavant, mes big men avaient trop tendance à reculer pour tenter leur chance à mi-distance, au lieu de se faire violence dans la raquette.”

Gembloux semble donc mieux armé dans tous les secteurs de jeu. Avec un peu plus de régularité lors des rencontres en déplacement, on se dit que ce groupe n’a rien à envier à personne. “Il est toujours difficile de se situer par rapport à la concurrence avant le début de saison. Comblain et Aywaille, par exemple, ont perdu quelques joueurs clés et on ne sait pas dans quelle mesure ils ont été remplacés. La hiérarchie se dessinera déjà un petit peu d’ici la fin septembre.”

Les dirigeants ne voulaient absolument pas participer aux playoffs l’an dernier. Il n’en ira pas de même lors de cette campagne. Les joueurs pourront laisser libre cours à leurs ambitions.



© La Dernière Heure 2012