Namur Les travaux de transformation se poursuivent dans plusieurs écoles namuroises

Au sein des 22 implantations scolaires namuroises et à la veille de la rentrée scolaire, les travaux entamés ou programmés se poursuivent.

À Loyers, l’aménagement des modules installés depuis plusieurs années touche doucement à sa fin. "L’idée est d’avoir un cadre plus agréable et adapté pour les enfants, mais aussi des locaux plus fonctionnels", explique l’échevine de l’Enseignement, Anne Barzin.

La fin des travaux prévue pour début 2019 ne permettra pas d’agrandir l’école pour autant, mais en tout cas d’avoir des locaux adaptés. Le projet comprend un réfectoire et des locaux sanitaires au rez-de-chaussée ainsi que trois classes à l’étage destinées aux élèves du maternel, qui auront par ailleurs leur propre cour de récréation.

D’autres projets de ce type sont également en cours de réflexion dans d’autres écoles du namurois, dont à Boninne où une nouvelle construction reliée au bâtiment principal est prévue. Un marché devrait être lancé à ce sujet début 2019.

Par ailleurs, du côté de Wépion aussi un bâtiment devrait être prochainement construit à côté de l’immeuble principal. "Ce bâtiment contiendra une salle polyvalente, un local de stockage pour le matériel de psychomotricité, deux classes maternelles et des sanitaires", précise l’échevine.

D’autres interventions de petite ampleur ont également lieu dont à Beez où des travaux visant à décloisonner deux classes pour en faire une plus grande et d’offrir un bureau à la direction sont en cours de finalisation.

En parallèle de ces chantiers annoncés, 2018 a vu l’aboutissement de trois projets de rénovation. À Heuvy, où dès la rentrée, les élèves et instituteurs de l’école située à proximité du centre-ville, jouiront de tous nouveaux locaux fraîchement rénovés pour un million d’euros et inauguré fin juin. Un mois plus tôt, c’était à La Plante qu’une inauguration du même ordre avait lieu.

Enfin, en janvier, l’école de la Court’Échelle subissait un lifting de près de 2 millions d’euros, permettant notamment d’accueillir une partie de la crèche des P’tits Pouyons.

L.Do.