Namur 12 mois de prison et des confiscations de 300.000 € sont requises.

Un couple de tenanciers d’un restaurant chinois bien connu en région namuroise est dans la tourmente. On leur reproche d’avoir alimenté des comptes ouverts au grand-duché de Luxembourg et en Chine avec l’argent liquide provenant des additions.

Le montant détourné avoisinerait 1.800.000 euros mais, pour arriver à un tel montant, les inspecteurs de la Section financière de la police judiciaire ont dû faire de savants efforts. Ils ont dû tenir compte de la manière de vivre chinoise, où les femmes auraient la libre disposition de leur argent. Or la patronne aurait hérité de fortes sommes lors du décès de quelques aïeux, sommes que sa propre mère aurait fait fructifier avec des placements "juteux" dans l’immobilier du côté de Hong Kong et en Chine.

C’est du moins ce que Me Martial Verschuere a plaidé face à M. Hoffelinck, président et M. DeSmedt, du parquet général de Liège, ce dernier reprochant à l’ensemble des prévenus les nombreuses irrégularités qui permettent d’établir un dossier de blanchiment d’argent aux sommes astronomiques citées plus haut mais aisément expliquées par Me Verschuere !

Ce qui n’a pas empêché le parquet de requérir des peines sévères : 12 mois de prison avec sursis pour les patrons et des confiscations de 300.000 € chacun pour la fraude et les abus de biens sociaux puis 494.000 € pour le blanchiment d’argent.

Me Verschuere a plaidé l’acquittement, de même que Me Lamal, pour la société. Il estime que le dossier n’est pas bien ficelé lorsqu’il est basé sur des phrases du style : "Il est permis de penser… ou nous pouvons croire que…"

Le détail qui a son importance : les enquêteurs ont comparé le chiffre d’affaires, hors TVA avec la recette qui est toujours TVA inclue ! En attendant, rien ne change : le restaurant reste ouvert, pour la plus grande joie de ceux qui apprécient la cuisine chinoise !

R.Tom