Namur Alicia regrette que les agents soient restés les bras croisés

Mercredi vers 19 h, Alicia se promenait à Namur avec deux amies. Soudain, rue de Fer, un incident éclate. "Nous apercevons un groupe de personnes se diriger vers deux autres avec violence et ce groupe commence à les agresser, avec couteau. Voyant cela, notre réflexe est de nous tourner vers la police de Namur, qui etait au coin de la rue des Échasseurs, toute proche. Nous arrivons en courant, eux ont l’air plutôt détendus. Ils avaient l’air plus préoccupés par le trafic des Wallos que par la situation. Ils nous répondent que c’est ‘normal’ , que c’est ‘encore ce groupe de SDF toxicos’ et qu’on ne doit pas ‘se mêler de cela’."

Alicia a dénoncé les faits sur Facebook. "Ces réflexions et cette non-action nous ont énormément choquées. Le devoir des autorités est de protéger la population mais apparemment ils estiment que la vie d’une personne vivant dans la rue est moins importante qu’une autre. Suite à cela, nous avons passé un moment avec les personnes agressées, simplement à discuter. Elles avaient l’air étonnées que des gens s’intéressent à elles. En effet, personne n’a bougé. Cela devrait être normal d’intervenir dans ce genre de situation. Pourquoi laisser faire le mal ? Pourquoi se voiler la face ?"

Et Alicia de conclure : "Nous avons passé un agréable moment avec ces personnes pendant que des agents en service restaient bras croisés à 200 m de là. Selon nous, il ne faut plus hésiter a dénoncer ce genre de situation. J’espère personnellement qu’il existe encore un peu d’humanité en chacun de nous."

Des incidents de ce genre sont fréquents dans le quartier. Pire, selon des sources proches de Mendiants d’humanité, il y aurait régulièrement des groupuscules d’extrême droite qui passeraient les SDF à tabac. Ceux-ci ne portent au final jamais plainte.

JVE