Namur

Selon la CSC, la modification des dates de péremption avait été dénoncée par des travailleurs.

Le retrait des agréments à l’entreprise Veviba de Bastogne, à la suite de la perquisition menée le 28 février dernier, par le juge d’instruction Thierry Maes, n’a pas surpris les syndicats.

Les infractions constatées relatives notamment à des falsifications des renseignements sur la date de congélation de la viande sont connues depuis longtemps.

"Toutes ces pratiques ont été dénoncées par des travailleurs", affirme le permanent alimentations et services à la CSC. "La remballe se pratiquait régulièrement. Quand la date de péremption approchait, elle était modifiée, pour éviter de jeter la viande, et cela tant pour les produits frais que congelés."

A la FGTB, le permanent compare les pratiques dénoncées à Bastogne à celles mises en place à l’abattoir Verbist d’Izegem, fermé à la suite de la diffusion d’images attestant de faits de maltraitance animale. "C’est la même entreprise. Le même type de management a été mis en place", souligne-t-il. "La concertation sociale y est très compliquée. Tout se fait sous le manteau. Le système mis en place met le personnel sous pression."