Namur "Un des chefs s’est levé et a fait mine de vouloir se bagarrer"

Fin de la semaine dernière, un habitant de Merlemont faisait part de son indignation par rapport au comportement de certains chefs scouts. Une patrouille passait non loin de chez lui.

À sa porte, les enfants, non accompagnés, demandaient pour avoir à boire car ils n’avaient qu’une orange pour 3 jours ! Ils ont aussi sollicité André pour pouvoir remplir les quelques épreuves que leurs chefs leur demandaient : rapporter quelques objets (chips et saucisson) et de quoi se déguiser.

Si l’un d’entre eux devait se déguiser en daguet, Akim (prénom d’emprunt) devait se déguiser en terroriste ! "Un comble, estime André, pour Akim qui est d’origine magrébine et musulman !"

Le jour suivant, André rencontre de nouveau Akim lors d’une retransmission de foot sur écran géant. Immédiatement, il demande au garçon de lui présenter ses chefs. André fait part de son mécontentement. "Au lieu de reconnaître leur erreur, on en fait tous, ils ont minimisé les faits , dit André, je le leur ai rappelé la loi de 1981 sur le racisme et la xénophobie." Mais au lieu de vouloir comprendre, les scouts auraient répondu : "C’est pour jouer, c’est pas grave." André ajoute : "Un des chefs s’est levé et a fait mine de vouloir se bagarrer."

Devant ces comportements qui ne rentrent pas dans l’esprit des scouts, André a pris contact avec la Fédération des Scouts de Belgique qui a bien écouté sa version des faits, et va prendre contact avec tous les acteurs de cette histoire car "c lairement, il y a là des comportements qui ne collent pas avec les idéaux du mouvement scout".

André a également pris contact avec le mouvement contre le racisme et la xénophobie pour dénoncer les faits.

Ce ne sont sans doute pas là des faits d’importance capitale, mais la volonté de tout mouvement de jeunesse est tout de même d’inculquer le respect d’autrui à leurs adhérents. Une valeur qui semble ici ne pas avoir été respectée, à plusieurs reprises.

J.O.