Namur La Fédération belge de sixte/mini-football constitue une formation en vue de la participation à la prochaine Coupe d’Europe.

La Fédération belge de sixte/mini-football se structure depuis quelques années dans la partie francophone du pays. Outre les compétitions entre teams, l’instance se consacre de nouveau à la constitution d’une équipe nationale en vue de la participation à la prochaine Coupe d’Europe.

À cet effet, voici quelques jours, une présélection de 24 joueurs a été annoncée, où on retrouve notamment des joueurs de foot namurois ou/et qui évoluent dans des clubs de football de la province, comme Steve Vanhorick (Couvin) et Jérôme Carlier (Grand-Leez).

Habitant à Mettet, Baptiste Scaffidi, l’ex-joueur de Tamines et actuel capitaine de Chastre, en fait partie. Comme les autres, il est convoqué à un premier entraînement ce 10 janvier à Jambes. "J’ai examen le jour de cet entraînement mais sinon, pourquoi ne pas y prendre part ?", réagit Baptiste. "C’est en plus une opportunité pour faire un voyage. Je suis habitué au sixte. Je participe au Mundialito à Louvain-la-Neuve, un tournoi de mini-football qui se tient tous les quadrimestres. Je n’ai pas été très surpris d’apprendre ma présélection, c’était chouette."

Cette sollicitation, il la doit à une participation à un tournoi de sixte de la Fédération. "C’était début septembre, pour s’amuser. On a constitué une équipe avec beaucoup de joueurs du Namurois, comme Smal, Weynant et Zaffarana, et on a gagné ce tournoi."

Ces trois joueurs cités sont d’ailleurs aussi repris dans la présélection, mais on sait que les deux premiers nommés, qui jouent à Meux en D2 amateurs… la refusent. "J’ai décliné", confirme Gauthier Smal, l’ailier de Meux. "Meux ne voudrait pas que j’y aille et cela ne m’intéresse pas."

Même discours pour l’attaquant François Weynant : "Avec Meux, on ne peut pas et cela ne m’intéresse pas vraiment. C’est quelque chose de très amateur et pas très représentatif."

Comme avec le futsal, les joueurs de football n’ont pas toujours la possibilité ou l’envie de combiner deux activités sportives. "C’est un choix du joueur, s’il veut percer dans le foot…", conclut le président de la Fédération, Jonathan Dethier. "De notre côté, on joue en Europe et il y a une équipe nationale. Cela dit, on n’a pas l’aura d’autres sports."

Ce qui viendra peut-être dans les prochaines années.