Namur Un homme a menacé sa compagne et sa belle-fille pour avoir une fellation

La scène est digne d’un thriller mais relève malheureusement de la réalité. Le 12 mai 2017, la police est appelée à intervenir à Houyet. Une gamine de 12 ans vient de téléphoner en donnant l’adresse et en demandant simplement aux secours de se dépêcher.

"À leur arrivée au bungalow, il y avait un homme et surtout une dame et une fillette terrorisées. L’homme présentait des traces au visage. Les policiers ont demandé si des coups avaient été portés. La plus âgée a dit non, la petite chuchotait oui", commente l’avocat des deux dames.

Ce qu’il s’est passé cette nuit-là ne s’arrête pas là. Michel, qui s’était remis en couple avec la femme avec qui il a vécu de 2010 à 2015, a fait une énième crise de jalousie. Il ne supportait pas que sa femme ait été voir ailleurs pendant leur rupture. Pour la faire payer, il l’a forcée à lui faire une fellation. Sa belle-fille a voulu s’interposer. Il l’a aussi contrainte à lui faire une fellation. Un couteau a été exhibé en guise de menaces.

"Soit vous le faites toutes les deux, soit on meurt tous", aurait-il déclaré. Voila pour le fait le plus violent que n’a pas reconnu Michel.

D’autres auraient été commis entre 2011 et 2015. La compagne du prévenu aurait été forcée à plusieurs reprises à lui faire des fellations. Michel n’en a reconnu qu’une. Le reste était selon lui consenti.

"Pourtant, par deux fois, il a filmé les scènes. Et on s’aperçoit rapidement que l’acte n’est pas du tout consenti", commente le parquet de Namur. Décrit comme narcissique, le prévenu n’en est pas à ses premiers actes de violence. "Depuis 20 ans, c’est l’escalade. Il y en a eu avec chacune de ses compagnes", poursuit le parquet de Namur.

Douze ans de prison ont été requis à son encontre.

S.M