Namur Le beau temps favorise surtout les boutiques de vêtements pour dames

Les commerçants de Namur n’aiment pas le dire tout haut, mais la météo est leur meilleure alliée en période de soldes. Et ce mois-ci, ils ont été gâtés. En particulier les boutiques qui vendent des vêtements pour dames.

"Quand il pleut, on n’a pas envie d’acheter des robes courtes ou des tops à bretelles. Les clients recherchent des vêtements de mi-saison. Alors que, quand il fait chaud, on vend beaucoup plus de petites choses légères. Là, avec le temps qu’on a eu, les clientes se sont laissées beaucoup plus tenter", se réjouit Nancy (prénom d’emprunt), vendeuse dans une grande enseigne au centre de Namur.

Si la météo doit être au beau fixe pour donner aux gens l’envie de sortir se balader en ville, et d’humeur acheteuse, les températures ne doivent pas être trop chaudes. "Quand on a 30 degrés, on voit la différence : les gens préfèrent rester à l’ombre chez eux ou au bord d’une piscine. Pour nous, c’est mieux quand il fait 25 degrés et qu’on peut se promener en ville sans être accablé par le soleil", tempère Véronique, qui remarque des différences d’affluence dans sa boutique de mode en fonction de ce qu’affiche le thermomètre.

"Pour essayer des vêtements, je préfère venir tranquille le matin, quand on ne transpire pas encore. Le midi, je vais manger un bout avec une copine à l’ombre, puis je rentre. Ou je fais du lèche-vitrines dans le piétonnier, mais sans être d’humeur à rentrer dans une cabine d’essayage", confirme Isabelle, une prof célibataire en vacances qui vient, de son propre aveu, plusieurs fois par semaine dans le centre-ville.

Toujours est-il que, si les remises atteignent 50, 60 et même 70 % cette troisième semaine de soldes, la marchandise, elle, n’occupe plus qu’une portion congrue des rayons. "Les ventes couplées de juin avaient déjà très bien marché, donc notre stock de vêtements été pour les soldes était déjà moins important que les autres années", note Virginie, vendeuse dans la rue de Fer.

Une donnée qui va un peu fausser la donne pour le calcul et la comparaison, c’est le démarrage des soldes le samedi 30 juin. "La recette de cette journée-là est avec le mois de juin, ce qui fait qu’on n’est pas encore à notre chiffre attendu pour juillet", précise Laetitia, gérante d’une boutique de vêtements.

Magali Veronesi