Namur Alors que le festival Les Solidarités ne débutera que le samedi 25 août, les travaux de montage ont déjà débuté

Tout au long des travaux de montage et de démontage du site ainsi que pendant le festival, divers accès seront difficiles à la citadelle de Namur.

Depuis ce jeudi 16 août, il est déjà impossible d’accéder à l’Esplanade ainsi qu’à son tunnel en véhicule. Cela durera jusqu’au 31 août inclus. Terra Nova, La Reine blanche, le Panorama ou encore la parfumerie Delforge resteront cependant accessibles.

Pour Patricia Grandchamps l’échevine de la Mobilité à Namur, les organisateurs sont déjà bien rodés. "Il n’y a pas beaucoup de changements par rapport à l’an passé. Les organisateurs ont déjà indiqué correctement toutes les perturbations du trafic."

Des accès restreints mis en place tôt à l’avance pour une installation hors norme. "Nous avons débuté le traçage ce mardi et nous sommes à présent à l’étape suivante qui consiste à monter tous les chapiteaux", explique Martin Wauthy, directeur de l’événement. Un programme chargé qui demande du temps.

"On nous demande souvent pourquoi c’est si long, c’est simplement car nous n’avons pas le choix. C’est un événement de grande ampleur qui demande de grands moyens. Nous avons des dizaines de camions avec du matériel et nous devons tout faire dans un ordre précis pour que ce soit opérationnel pour le premier jour du festival", poursuit-il.

Pour ces premiers jours de montage, ils sont soixante à travailler sur le site alors qu’ils seront près de 250 à l’approche de l’événement.

"Après les chapiteaux, nous allons passer à la construction des grandes scènes, ensuite nous aurons des prestataires pour les installations électriques, le cashless ou encore les plomberies", poursuit-il.

Une nouveauté cette année prend également du temps lors de l’organisation : l’aménagement du tunnel sur la problématique des migrants. "Il est déjà bloqué afin que nous puissions dès lundi travailler sur les décorations", conclut-il.