Namur "Un migrant dans votre chargement pourrait vous valoir un séjour en prison en arrivant au Royaume-Uni"

L’aire de repos de Spy est une tour de Babel ! Toutes les nationalités s’y croisent. Les camions sont immatriculés en Tchéquie, en Slovaquie ou en Slovénie, en Roumanie, en Lituanie, en Hongrie ou bien en Italie, les moins bien représentés étant… les Belges.

Nous y avons pourtant rencontré des gens étonnants et charmants, plus fâchés contre leurs collègues de l’Est bradeurs de prix que contre les migrants qui déchirent leurs bâches à grands coups de cutter pour espérer rejoindre l’eldorado !

" Pourtant, nous sommes responsables de ce que nous transportons, nous confie Pierre, un routier de 49 ans qui arbore la même chevelure flamboyante depuis une vingtaine d’années. Ce qui veut dire qu’un migrant dans votre chargement pourrait vous valoir un séjour en prison en arrivant au Royaume-Uni ."

Certains routiers sont extrêmement prudents en quittant leur bahut : tout est verrouillé ! Mais c’est au retour que l’examen est plus sérieux : contrôle visuel de la bâche et de ses fermetures, coup d’œil en dessous du camion, histoire de vérifier si quelqu’un n’est pas assez fou pour se lier au châssis ! " Mais, selon Pierre, il y a d’autres caches, tel ce coffre censé abriter les palettes en bois ou des outils. Là, on verrouille systématiquement avec un beau gros cadenas."

D’autres viennent spontanément se confier, tel Redouan, de Verviers : " Pas plus tard que vendredi passé, sur le même parking, j’ai vu une dizaine de migrants sortir de sous la bâche d’un camion ! "

Alex, un Roumain, relève l’insécurité sur les parkings de Belgique et du nord de la France.

Enfin, Philippe, un ex-international, avoue avoir cessé les voyages vers le pays de Galles : " À Jabbeke, en Flandre, on n’osait plus y faire une pause ! "

R.Tom