Namur La météo de ces dernières semaines est propice aux feux de forêt, de champ et de talus

Ces derniers jours, deux incendies se sont déclarés dans des champs namurois. Un premier lundi après-midi dans un champ de céréales à Suarlée où plusieurs hectares sont partis en fumée. Un second mercredi après-midi dans un champ de chaume situé à Spy, le long de la E42 et à proximité d’une station-essence. Une période de sécheresse propice à ce genre d’incendie qui oblige les pompiers à rester vigilants mais qui ne contraint pas encore les autorités supérieures à prendre des mesures restrictives.

"En cas de sécheresse, on reçoit un avis du centre de crise qui nous informe d’un état de sécheresse avéré. Cela vient souvent de la Province ou du DNF. Mais pour l’instant, on n’a encore rien reçu. Si cela devait arriver, il reviendrait aux bourgmestres de chaque commune de prendre des ordonnances de police pour interdire d’allumer un feu dans les bois ou à proximité des champs, par exemple", indique Pascal Baijot, membre de l’état major de la zone Dinaphi.

Les différents postes de la zone Dinaphi n’ont donc pour l’instant reçu aucune consigne particulière mais restent néanmoins attentifs. Car chaque région possèdent ses zones à risques. Comme à Beauraing où 2Ha de végétation sont partis en fumée il y a un peu plus d’un an dans la forêt de Revogne. Quarante pompiers avaient été mobilisés. "Malgré cela, chez nous, pour les forêts ça va encore. Ce sont surtout les champs et les talus qui sont les zones à risques. On a parfois des feux de talus le long des voies de chemin de fer ou le long des routes mais on n’a encore rien eu de grave. On envoie dans ce cas une pompe avec quatre hommes et une citerne avec deux hommes. Et puis, lorsque c’est le cas, c’est tout de même plus facile à maîtriser que dans le sud de la France. On reste attentifs mais on ne se tracasse pas trop non plus. On a sept ou huit personnes de disponibles en journée", indique le commandant Marc Léonard.

Même topo du côté de Couvin et de Viroinval où les forêts sont assez nombreuses. "On n’a pas encore reçu beaucoup d’appels. Juste quelques-uns pour des talus en feu mais le feu avait pris sur 2 m². On a néanmoins pas mal d’ha de bois dans notre zone, on reste donc vigilants", conclu le lieutenant Piet Van Trimpont.