Namur Cheffert veut une transition… vers son dauphin

La politique n’a rien de simple à Ciney : une lutte à couteaux tirés au sein du collège MR, une enquête judiciaire, l’échevin Frédéric Deville qui mènera une liste (ICI) avec l’opposition. Rencontre avec le bourgmestre sortant, Jean-Marie Cheffert, qui poussera la liste Action.

Ainsi, si vous êtes élu bourgmestre, vous n’irez pas au bout du mandat ?

"La prochaine mandature sera de transition. Je suis candidat bourgmestre. Frédérick Botin, tête de liste, l’est aussi. Et il n’y aura pas de concurrence entre nous, je n’aurai aucun problème à être échevin, avec Frédérick Bottin en maïeur s’il a obtenu plus de voix que moi, et dans ce cas j’irai au bout de mon mandat d’échevin. Si je suis maintenu bourgmestre, en cours de route, je céderai le mayorat à Frédéric Botin parce qu’il faut préparer l’avenir."

Pourriez-vous laisser l’écharpe mayorale à quelqu’un d’autre ?

"Non, je ne la laisserai à personne d’autre que Frédérick Botin. Même si quelqu’un d’autre de mon groupe aura fait plus de voix que lui aux élections, ce qui bien sûr peut arriver."

Et ça fait consensus, ça ?

"Vous savez, lorsque nous avons commencé à discuter au sein du collège des élections futures, de l’avenir de notre groupe politique, il était clair pour tout le monde que la bonne personne, c’est Frédérick Botin. Ou plutôt, presque tout le monde, parce qu’effectivement Frédéric Deville avait un autre point de vue, et c’est l’une des dissensions qui l’ont opposé au reste du collège. Donc oui, tout le monde est bien d’accord au sein de la liste sur ce point. Et si le moment venu, il y a contestation, je conserverai le mayorat jusqu’à la fin du mandat. Mais évidemment, ce n’est pas ce que je souhaite."

L.S.