Namur Ils maquillaient et dédouanaient leur butin en Belgique.

Près d’une dizaine de prévenus comparaissaient ce vendredi devant le tribunal de 1 re instance de Namur pour un trafic international de voitures volées en Espagne, en Italie et, à une seule occasion,… en Belgique.

Édouard D. était la tête pensante de la bande et aussi le seul détenu, même si c’est pour une autre cause. Le modus operandi était souvent le même. La voiture était achetée et reconduite en Belgique par des hommes de paille qui, en cas de problème, devaient jouer les innocents. Une fois chez nous, la voiture était maquillée de façon simple et avec plus ou moins de bonheur en refrappant à froid le numéro de châssis. Par exemple, le n° 4008 devenait le n° 4808. Bien entendu, les papiers étaient modifiés aussi. Un homme de paille était chargé de faire passer le véhicule au contrôle technique puis de le revendre à prix cassé, ce qui constituait pour la bande presque du 100 % de bénéfice.

Au total, plus d’une dizaine de SUV (Ford Kuga, Audi Q3, Toyota Rav 4…) ont été revendus à prix cassé, la palme revenant à un Range Rover de 130 700 € cédé à 35 000 € ! Par contre, le parquet n’a pas bradé ses prix et a requis 7 ans pour Édouard D., la tête pensante, 5 ans pour Fabian, le faussaire, 5 ans pour Rachko et 4 ans pour Mokhtar ! Les autres, considérés comme des hommes de paille ou de main, sont cités pour des peines d’un an ! La suite du procès le 5 avril et le 3 mai.

R. Tom