Namur Les travaux à la piscine de Saint-Servais et au Centre namurois des sports débuteront en janvier

Plus connu sous le nom de Tabora, le bâtiment qui accueille encore aujourd’hui de nombreux clubs sportifs est en passe de fermer ses portes. Non pas définitivement, mais bien pour moderniser les lieux inaugurés dans les années 1970.

Cette rénovation est d’ailleurs plus que nécessaire et permettra également de rendre indépendant le hall omnisports de la piscine de Salzinnes en matière de chaufferie et chaudière. Outre cet aménagement, les travaux visent également la démolition et reconstruction des vestiaires, la réalisation d’accès PMR tant au sous-sol que dans les tribunes ou encore la création d’un sas de circulation autour de la salle de sport. "Les subsides ont été accordés par la ministre en juin et l’ouverture des offres est clôturée. L’analyse de celles-ci est actuellement en cours et a priori le début des travaux est prévu pour janvier 2019", a signalé Tanguy Auspert, échevin du Patrimoine.

Pendant la durée des travaux, prévue pour un an, des modules extérieurs seront installés et l’accès aux trois plateaux situés au rez-de-chaussée sera conservé pour permettre à la grande majorité des clubs de poursuivre leurs activités.

Parallèlement à ce chantier, c’est aussi la piscine de Salzinnes qui subira dans les années à venir une véritable cure de Jouvence. Il était par ailleurs initialement prévu que les deux bâtiments soient rénovés en parallèle, mais des problèmes révélés d’infiltration à la piscine de Saint-Servais ont changé la donne. Entre trois et six mois de travaux seront nécessaires pour notamment la modification des goulottes. En plus, Saint-Servais sera équipé d’un support anti-noyade via caméras.

Une seule offre a été déposée par la même société responsable de la rénovation de la piscine. "Ce n’est d’ailleurs pas plus mal, car en cas de problème, nous n’aurons pas affaire à deux sociétés susceptibles de se renvoyer la balle", a commenté Tanguy Auspert. La réouverture de Saint-Servais est prévue pour l’été 2019.

Une fois ces travaux accomplis, le chantier de Salzinnes pourra alors commencer pour un an début 2020. Un chantier, dont une phase importante sera celle du désamiantage, présent notamment derrière la fresque. Cette dernière devra donc disparaître et ce, en principe au profit d’une œuvre réalisée par des élèves des Beaux-Arts.

L.Do.