Namur L’idée n’en est encore qu’à l’état de projet, mais pourrait voir le jour dans les souterrains

Depuis quelques années, les escape games explosent un peu partout en Belgique. Une dizaine il y a trois ans, ils sont désormais septante-six, dont une importante majorité en Flandres. Le concept est assez simple : les joueurs sont enfermés dans une pièce et ont environ soixante minutes pour résoudre une énigme et sortir des lieux.

À La Plante, Enigma Lock faisait partie des premiers à proposer ce divertissement. Avec environ 25 000 entrées depuis son ouverture fin 2015, le gérant de l’établissement vise désormais encore plus grand et envisage de proposer un escape game géant dans les souterrains de la Citadelle de Namur. "Ce n’est encore qu’une idée à ce stade, et je n’ai pas encore sollicité la Ville à ce sujet, mais je pense que le lieu s’y prêterait plutôt bien", explique Matthieu Rooman.

Ancien informaticien reconverti dans la création de jeux vidéo, il crée absolument toutes les énigmes. "Actuellement, nous en proposons trois, dont une à résoudre autour d’un meurtre à la Citadelle de Namur, commente-t-il. Le projet plus vaste en taille réelle, je le vois plutôt comme un événement sous forme d’un parcours aventure avec des mises en scène, des acteurs qui viendraient guider les joueurs."

À Halloween , les souterrains accueillent déjà un événement à destination des enfants où des artistes comédiens se partagent l’affiche, l’idée de Matthieu n’est donc pas totalement loufoque. En attendant, son établissement a la cote, et ils sont nombreux à passer la porte chaque jour.

Par ailleurs, les escape games sont également un vecteur touristique important. "Beaucoup de joueurs voyagent spécialement autour de cette activité et en profite après pour visiter la ville." Pour résoudre les différentes énigmes, pas besoin d’être un expert ; cela dit, certains ont la chance de figurer au tableau des records. "Ici, on fonctionne sur un record basé sur le nombre d’indices. Les équipes qui résolvent l’énigme avec le moins d’indices et en un minimum de temps sont alors sur ce mur. Le plus dur chez nous reste l’énigme autour de la disparition de La Joconde ", précise Matthieu. Une énigme qui devrait par ailleurs évoluer au profit d’une autre dans les prochains mois.

L. Do.