Namur Aline recherche celui qui a attenté à sa pudeur !

Aline est étudiante à l’Institut supérieur de musique et de pédagogie (IMEP). Lundi en fin d’après-midi, elle a eu affaire à un exhibitionniste. Il ne s’est pas contenté de montrer ses attributs sexuels, il s’est caressé en s’exhibant, en érection, devant elle. La scène a choqué la jeune femme.

Elle raconte son histoire afin "d’entrer en contact avec d’autres personnes qui auraient croisé mon agresseur et qui auraient plus d’informations sur lui. Et aussi pour prévenir celles ou ceux qui croiseront cet homme pour qu’elles ou ils sachent comment réagir".

Les faits se sont donc passés lundi 2 juillet vers 17h30 rue François Dufer à Salzinnes. "Un homme en voiture s’est arrêté près de moi pour me demander le chemin vers Bouge." Comme Aline hésitait sur le chemin à indiquer, elle a longtemps hésité, et pris du temps pour répondre. Cela n’a pas découragé le conducteur. "Il m’écoutait jusqu’au bout malgré qu’il voyait bien que je ne pouvais pas trop l’aider. Il m’a seulement lâchée au moment où il s’est aperçu qu’il y avait une voiture derrière lui." Aline l’a trouvé bizarrement paniqué, tout à coup. "C’est seulement en lui disant au revoir que je me suis rendu compte qu’il était en train de se toucher le sexe pendant que je lui parlais, sexe qui était bien visiblement sorti de sa braguette. Sous le choc, j’ai pensé à une seule chose : faire semblant de n’avoir rien vu et m’en aller gentiment."

Malgré les apparences sur le moment, Aline est très choquée par ce qu’il lui est arrivé : un attentat à la pudeur, puni par la loi. "J’étais paralysée par la peur qu’il ne sorte de sa voiture pour m’agresser." Elle ne peut malheureusement pas identifier son agresseur.

"Je m’en veux maintenant de ne pas avoir eu l’idée de regarder sa plaque d’immatriculation ni même le modèle et la marque de sa voiture." Dans ses souvenirs, c’était "un homme blanc, légèrement rond. Il roulait dans une voiture à carrosserie tricorps, peu colorée, sans doute grise ou bleue". Aline devait contacter la police pour porter plainte.

M.V.