Namur Unique en Fédération Wallonie-Bruxelles, il s’organise en collaboration avec l’UCL et l’ULiège

À l’heure où le concept de smart city occupe une place de plus en plus importante dans les réflexions de notre société, celui de smart rurality se fait plus discret. Il fait pourtant référence à un enjeu clé : l’avenir de nos campagnes en pleine mutation au sein d’une économie post-carbone. Face à ce défi, l’UNamur innove en proposant dès septembre 2018 un nouveau master en smart rurality.

Smart rurality ou ruralité intelligente. Derrière ce concept théorique, il y a une réalité : nos zones rurales doivent évoluer si elles veulent garantir leur durabilité tant économique qu’écologique et sociale. Comme les villes, elles font face à des défis de taille. À commencer par celui de la transition énergétique. En zone rurale, la mobilité et l’agriculture sont les premiers secteurs concernés par cette transition. Mais le constat vaut aussi pour d’autres domaines d’activités comme la foresterie, l’aménagement des espaces ruraux, la qualité de vie, le tourisme, ou encore l’entrepreneuriat rural. C’est à ces enjeux fondamentaux que la smart rurality entend apporter des solutions innovantes.

"L’objectif de la smart rurality , c’est de parvenir à créer des zones rurales où le bien-être des citoyens est maximisé. Pour cela, il faut qu’elles soient durables économiquement et écologiquement, et qu’elles répondent aux enjeux sociaux", explique Nicolas Dendoncker, professeur au département de géographie de l’UNamur.

Le master en smart rurality a pour ambition de former les futurs acteurs de ces zones rurales de demain. Il met l’accent sur les méthodes de pédagogie actives, le terrain, les études de cas, et développe le savoir-faire de l’étudiant pour apporter des solutions à des problèmes réels et complexes. Cette formation transversale et interdisciplinaire abordera des thématiques variées telles que les productions agricoles et forestières, l’énergie, la gestion de l’environnement, la mobilité, l’aménagement d’espaces ruraux, la qualité de vie, le tourisme durable, etc. Le programme comprend des cours théoriques, un stage de 6 à 12 semaines, un projet de groupe et une finalité spécialisée à choisir parmi cinq possibilités.

JVE