Namur La passerelle met à nu des pignons qu’il va falloir habiller, dont celui de la villa Balat

Les travaux de fondations de la passerelle avancent bien. Mais quand on se place du côté Jambes, on remarque que le chantier a laissé un grand vide et exposé un pignon moins esthétique que prévu : celui de la villa Balat.

"Il est vrai qu’il n’est pas très joli, surtout sur le dessus, quand on le compare avec la magnifique façade", regrette la propriétaire de l’immeuble qui a cependant reçu des réassurances de la Ville. "Une fresque va occuper la totalité du mur. Elle sera réalisée par le collectif namurois Drash. Je suis impatiente de la voir", se réjouit Muriel qui a racheté le bâtiment en 2016 pour en faire de splendides chambres d’hôtes.

La fresque sera réalisée avant l’ouverture de la passerelle aux piétons et cyclistes, soit cet été. Elle sera à la fois visible par les promeneurs du bord de Meuse, mais aussi par les passants de la rue Mazy et bien entendu ceux qui emprunteront l’Enjambée qui va surplomber le jardin, ce qui inquiète un peu le propriétaire.

"La région doit planter des arbres le long de ce qu’il reste du jardin, pour ne pas l’exposer au regard de tous, mais c’est sans arrêt reporté", explique Muriel qui se réjouit de voir arriver la fin du chantier. Le collectif namurois multidisciplinaire qui a la charge de la fresque n’est pas inconnu. Des membres de Drash ont déjà réalisé celle avec les échasseurs qui orne le grand mur visible de la rue Basse Marcelle. Et ce collectif réuni depuis 2010 a été chargé par la Ville de faire l’inventaire des façades, recoins, bâtiments, lieux publics, où des fresques artistiques d’envergure pourraient être installées dans le cadre du street art exploré par Namur Confluent Culture.

Quant à la villa Balat, hébergement insolite avec une vue unique sur le Confluent, elle fait l’objet d’une balade ce dimanche, à la découverte de l’architecture Art déco, Art nouveau et style paquebot. L’occasion de découvrir l’intérieur, entièrement restauré et richement décoré, dont les trois chambres sont chacune dédiées à un artiste wallon du XIXe siècle : Anna Boch, Alphonse Balat, et Félicien Rops. Renseignements à l’Office du tourisme qui lance sa saison 2018 sur le thème de l’insolite.

Magali Veronesi