Namur Depuis avril 2014, l’ASBL Espace P, active dans le milieu de la prostitution, est présente à Arlon.

La prostitution existe en province de Luxembourg, où elle a la particularité de s’exprimer essentiellement en maisons privées ou dans quelques bars à hôtesses. Aucun phénomène de rue n’est constaté ni en vitrines, ce qui rend cette prostitution très peu visible à l’extérieur.

En avril 2014, une antenne de l’Espace P s’est installée à la maison médicale de la rue de Bastogne, à Arlon. Ce service d’aide aux personnes en lien avec la prostitution existe depuis 25 avec une présence à Bruxelles, Liège, Charleroi, Namur et Mons.

"La majorité de notre travail est d’entrer en contact avec les prostituées. Cela se fait le plus souvent par le biais des petites annonces. Nous essayons ensuite d’établir une relation de confiance. Nous commençons à avoir quelques retours", explique Benjamin Boelen, coordinateur de l’Espace P Arlon.

Dans le sud de la province, où la prospection est pour l’instant la plus importante, faute de moyens humains et financiers, les prostituées proviennent essentiellement d’Europe de l’Est. Un public latino de passage dans la province est également régulièrement présent. D’autres font également des allers-retours entre la France, le Luxembourg et la Belgique.

Il n’y a pas de profil type. "Ce sont soit des femmes qui vivent exclusivement de ce revenu ou qui exercent la prostitution pour compléter le chômage ou le CPAS", poursuit Benjamin Boelen.

L’Espace P collabore avec deux médecins de la maison médicale. Il propose des dépistages sanguins, des vaccinations et des examens gynécologiques de manière anonyme. Il offre également un soutien psychologique et administratif, des informations sur le statut socioprofessionnel, un soutien par rapport aux faits de violence, aux difficultés en lien avec de l’exploitation, d’ordre familial et financier.

La prostitution masculine existe également, surtout sur les réseaux sociaux. Elle prend souvent la forme de massages et de relations homosexuelles.

Exposition et ciné-débat pour décoder la prostitution

Un appel à la rencontre d’un univers méconnu, enclin aux préjugés et aux représentations parfois erronées

En collaboration avec la province de Luxembourg et la maison de la Culture d’Arlon, l’Espace P présente, du lundi 26 janvier au vendredi 13 février, une exposition photos de Frédéric Pauwels intitulée La Prostitution, cela existe aussi en milieu rural et constituée d’une série de photographies émotionnelles et de textes évocateurs.

Les travailleurs sociaux et le photographe sont partis à la rencontre de prostituées dans leur vie au quotidien, dans cet univers marginalisé, à la fois toléré et en même temps stigmatisé par une société qui ne peut s’en passer.

"Cette exposition invite à découvrir, à comprendre le milieu de la prostitution au travers de photographies, de témoignages", relève la députée provinciale Nathalie Heyard.

Un ciné-débat sur le thème La Prostitution, ses réalités est organisé, le jeudi 29 janvier à 13 h, avec la projection du film Des Hommes en présence de Nathalie Heyard et de Benjamin Boelen. Il sera suivi d’un débat sur la prostitution, ses réalités, ses représentations. En présence de Sonia Verstapen, ex-travailleuse du sexe; Quentin Deltour, le porte-parole d’Espace P; la substitute du procureur du Roi, Sarah Pollet; et Christian Meulders, le directeur de l’ASBL Surya.

Le vendredi 13 février, un second ciné-débat sur le thème Handicap et assistance sexuelles débutera à 13 h. La projection du film Scarlet Road sera suivie d’un débat en présence de Marie-Aude Moreau, du centre de ressource Handicap et sexualité de Wallonie; Benoit Denison, coordinateur aux résidences Frère Mutien; Florent Botton, chef éducateur des Centres