Namur

La paroisse de Warmifontaine a été visitée vendredi dernier. Des calices et statues y ont été dérobés. Les fidèles sont sous le choc.

A cinq kilomètres de Neufchâteau se trouve la jolie paroisse de Warmifontaine. « Elle vient d’être repeinte à l’intérieur et les murs ont eux-aussi été remis à neuf. La commune nous a aidé pour les travaux et nous avions inauguré la paroisse le mois dernier », confie la secrétaire de la Fabrique de l’Eglise (Warmifontaine). Depuis vendredi dernier, Jacqueline Tulleneers est sous le choc. « Des enfants du Bon Dieu (mais pas de ses meilleurs) s’y sont introduits par effraction. Le tabernacle a été fracturé au pied-de-biche. Les deux ciboires, dont l'un rempli d'hosties consacrées ont été dérobés. Toute la sacristie, le grenier et les armoires ont été ouverts et leur contenu répandu sur le sol. Les rares belles pièces que nous possédions nous ont toutes été volées sans scrupule. Il ne nous reste plus rien. Même l'Enfant-Jésus et la Vierge de la crèche en bois sculpté par un artiste local décédé ont été dérobés », confie-t-elle.

© Trotta

Quand on touche au « Sacré », Jacqueline n’apprécie guère. Pour elle, c’est comme si on touchait à un enfant ou aux personnes âgées. En quelques sorte sa famille. « J’enrage. Je suis impuissante quand je pense que nous avions un vieux Christ en bois sculpté datant du 16ème siècle qui a toujours été caché de crainte des voleurs. On ne le reverra sans doute jamais. Nous n’étions pas couverts par l’assurance.»

© Trotta

© Trotta

Le butin peut sembler anodin (2 ciboires, 1 calice, 2 statues, 1 coq en cuivre ou encore et des reliquaires) mais ces objets peuvent se renvider facilement à plus d’une centaine d’euros pièce sur le marché. Les malfrats sont certainement des connaisseurs. Jacqueline Tulleneers harangue ensuite les autorités, trop lentes à régir à son goût. « C’est le silence dans toutes les langues de la part des autorités religieuses. Que ce soit du Doyenné de Neufchâteau ou de l'Evêché de Namur. Et ça me fait mal ! Quant à la police, pas de nouvelle non plus. Elle ne souhaite pas savoir quels objets nous ont été volés. Il m'a été répondu qu'on me recontacterait. Je n'ai toujours pas été contactée », conclut-elle.

© Trotta

Dans la région, il semblerait que ce vol soit un cas isolé. Mais on sait que les vols dans les églises ou paroisses sont souvent ciblés par les malfrats. En attendant, Jacqueline Tulleneers a mis les photos des objets dérobés sur sa page Facebook. Au cas où…

© Trotta