Namur Selon l’avocat du groupe Verbist, les conditions posées par le ministre étaient inacceptables