Namur

Le prévenu avait une relation conflictuelle avec son ex. La base du problème : l'alcool

Un habitant de Montignies-sur-Sambre a récemment été condamné par défaut à 40 mois de prison pour des faits de violences conjugales et envers les forces de l'ordre. Ce mercredi, il a fait opposition devant le tribunal correctionnel de Dinant. « Je n'ai reçu aucun courrier », explique-t-il pour justifier son absence lors de la précédente audience.

Le premier fait s'est produit le 22 mars 2015 dans la région de Philippeville. Selon plusieurs automobilistes, Nicolas frappait sa compagne, dans sa voiture. L'un d'eux s'est arrêté pour lui venir en aide. Il a, lui aussi, reçu des coups. « Je ne frappait pas madame. Elle venait de se cogner la tête elle-même contre le volant et s'était enfermée dans le véhicule. Ce monsieur que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam a pris mes clés. Je lui ai demandé plusieurs fois de me les rendre. Il a alors voulu me saisir à la gorge. Je lui ai directement mis une droite à l'arcade », explique le prévenu.
Second fait : le 12 avril 2016. Une nouvelle fois, Nicolas aurait frappé son ex-compagne. Et une policière intervenue à la suite des faits. « C'est possible, mais je ne me souviens de rien. Mon ex buvait et je buvais avec elle. Elle se frappait toujours la tête contre le mur et appelait ensuite la police. Je suis la troisième personne avec qui elle se comporte ainsi et c'est pareil avec son nouveau compagnon », ajoute t-il. Le parquet de Namur a demandé que le premier jugement, à savoir 40 mois ferme, soit confirmé.