Namur L’un est mort. Le conducteur va devoir passer un examen approfondi d’aptitude à la conduite.

Plusieurs familles ont été endeuillées par un terrible drame de la route le 26 mai 2016 à Viroinval. Deux motards de la police qui étaient en écolage ont percuté de plein fouet une voiture qui circulait sur leur bande. L’un d’eux, André Wéry, a été grièvement blessé et transporté par hélicoptère vers un hôpital de la région liégeoise. L’autre motard, Patrick Ducarme, a eu moins de chance et est décédé sur le coup. Leur moniteur, Patrick Cobbaert, a quant à lui pu éviter la collision de justesse.

Les faits se sont produits sur la N99, entre Mazée et Niverlée, à la frontière des communes de Doische et Viroinval, dans un virage en S. Le conducteur, Jean-Marie Lareppe, un septuagénaire, revenait d’avoir été gonfler un pneu de sa Citroën lorsque les faits se sont déroulés.

"Pour moi, je roulais sur la droite. Peut-être que j’ai empiété un peu sur leur bande", a indiqué le prévenu à l’audience. Mais le moniteur Patrick Cobbaert est formel : il n’a tout simplement pas tourné dans ce virage. "Je l’ai senti venir vers moi. Il ne roulait pas vite et m’a frôlé. Il s’en est fallu de quelques centimètres pour qu’André Wery évite la collision. Si nous n’avions pas été là, il allait dans le champ."

Le tribunal de police de Dinant devait rendre son jugement ce mardi après-midi. Mais avant de statuer au pénal, la présidente a ordonné la réalisation d’un examen approfondi de l’aptitude à la conduite à l’encontre de Jean-marie Lareppe. Il devra notamment se soumettre à un examen du CARA (Centre d’Aptitude à la Conduite et d’Adaptation des Véhicules), l’un des départements de l’institut VIAS (anciennement IBSR).

Le tribunal s’est dit "interpellé par le comportement du conducteur qui ne s’est rendu compte de rien et qui a été surpris par un casque rouge qui frôlait sa fenêtre."

Deux jours avant les faits, le prévenu a déjà été l’auteur d’une infraction semblable et a obligé un autre véhicule à faire un écart.