Tournai-Ath-Mouscron Originaire de Silly, ce tout jeune comédien enchaîne effectivement les rôles au cinéma

Ce 25 juillet sort en salle Ma Reum , Ma Mère en verlan, le second film très attendu de l’acteur-réalisateur Frédéric Quiring, que l’on retrouvait également derrière le film Sales Gosses . À l’affiche de cette comédie traitant avec humour et légèreté d’un sujet grave, le harcèlement scolaire, figure un jeune acteur prometteur de notre région (Silly).

Venant de souffler ses 14 bougies, Louis Durant y donne notamment la réplique à Audrey Lamy (la sœur d’Alexandra), à Florent Peyre ou encore à Max Boublil. À la veille de partir tourner un court-métrage à Marseille, nous avons rencontré cet élève modèle du collège Saint-Augustin (Enghien) qui a déjà derrière lui un joli petit parcours cinématographique. Fan inconditionnel d’un autre Louis (de Funès), il rêve de suivre les traces de son idole tout en gardant les pieds sur terre.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

"J’ai commencé à faire des photos tout petit. J’avais trois semaines lorsque j’ai posé pour la première fois devant l’objectif. J’ai fait des shootings pour de nombreuses marques de vêtements tout en apparaissant dans divers pubs télé. Vers l’âge de 9 ans, j’ai découvert cette passion de jouer la comédie. J’espère que cela va durer car c’est vraiment mon rêve."

Qu’est-ce qui te plaît dans le métier d’acteur ?

"Jouer un rôle, rentrer dans la peau d’un personnage mais aussi faire de belles rencontres humaines avec les comédiens et les équipes techniques."

Aimerais-tu en faire ta profession plus tard ?

"J’aimerais vraiment beaucoup mais il faut garder les pieds sur terre et avoir un plan B."

Comment as-tu appris à jouer la comédie. Suis-tu des cours ?

"J’ai toujours aimé jouer la comédie. J’amusais souvent la galerie quand mes parents recevaient des invités à la maison. Par contre, je n’ai jamais suivi des cours de théâtre. Jaco Van Dormael m’en a dissuadé pour garder mon jeu naturel."

À ce jour, quel est le rôle dont tu gardes le meilleur souvenir ?

"Le rôle de Raphaël dans Ma Reum de Frédéric Quiring. Pour l’instant, c’est mon plus grand rôle au cinéma. Ce qui m’a plu dans celui-ci, c’est que je ne pourrais pas et je ne voudrais pas être ce genre de personne dans la réalité puisqu’il s’agit de quelqu’un qui harcèle avec ses copains un autre adolescent de son âge."

Avec qui as-tu pris le plus de plaisir à tourner jusqu’ici ?

"Comme réalisateur, avec Fréderic Quiring qui est une personne géniale comprenant ses acteurs puisqu’il est aussi à l’aise devant que derrière la caméra. Chez les comédiens, Martin Gillis, Igor Van Dessel et, bien évidement, Audrey Lamy avec qui j’ai passé deux mois de tournage fantastiques."

Quels sont tes acteurs et actrices préférées ? Avec lesquel (le) s aimerais-tu jouer ?

"J’adore Louis De Funés et Audrey Lamy. J’aimerais beaucoup jouer avec Benoît Poelvorde. J’ai tourné dans Le Tout Nouveau Testament où il tenait le rôle principal mais je n’ai pas eu la chance de lui donner la réplique."

Aimes-tu te voir à l’écran ?

"Je dois avouer que c’est à chaque fois une drôle de sensation."

Quels sont tes projets cinématographiques ? As-tu de nouveaux castings en vue ?

"Je pars à Marseille ce mardi pour un court-métrage qui s’appellera Matrioshka s avec la réalisatrice belgo américaine Bérangère McNeese. Pour les castings, j’en ai passé plusieurs dernièrement et un entretien avec un cinéaste est prévu en septembre."

Comment concilies-tu l’école et le cinéma ? N’est-ce pas trop difficile ?

"Je n’ai pas de souci particulier à l’école, je manque très rarement les cours car les tournages se déroulent généralement pendant les vacances scolaires. Pour l’instant en tout cas, concilier le cinéma et ma scolarité ne pose aucun problème. L’école reste prioritaire mais si on m’offre à l’avenir un premier rôle, il est certain que je ne le refuserai pas, quitte à manquer l’école et à rattraper les cours par la suite."

Qui s’occupe de ta carrière ?

"Tout petit, ma maman m’a inscrit dans une agence photographique et publicitaire. Ce n’est que vers l’âge de 9 ans qu’elle a repéré une première annonce de casting pour jouer dans le film de Jaco Van Dormael, Le Tout Nouveau Testament . Depuis lors, elle m’en a trouvé d’autres et continue à me conduire un peu partout, de Bruxelles à Paris, pour me permettre d’assouvir ma passion."

© DR

En dehors du cinéma, as-tu d’autres passions ?

"Oui, je pratique le karaté depuis mes six ans au Mushin Karaté club de Silly. Je suis ceinture bleue."

Mis à part la comédie, y a-t-il d’autres professions que tu aimerais exercer plus tard ?

"Je compte persévérer dans la branche électro-mécanique car les métiers manuels m’intéressent énormément."

La dure loi des castings

Louis le sait, il a une chance folle de pouvoir compter sur une maman qui lui sert un peu d’agent artistique en le conseillant dans le choix des castings et des shootings. Sabine qui, pour la petite histoire, a tourné à l’âge de 17 ans dans un clip de Frédéric François (Tzigane), se dévoue corps et âme pour que son rejeton puisse décrocher de beaux rôles et tracer son chemin dans le milieu du 7e art.

"Entre les déplacements sur Bruxelles et Paris, voire plus loin, c’est effectivement beaucoup de sacrifices. Il faut aussi donner de nombreux coups de téléphone un peu partout et répondre aux mails, envoyer des photos aux boîtes de production pour les castings. Ce n’est pas de tout repos d’autant que toutes ces démarches ne sont pas toujours couronnées de succès."

Ce n’est pas la première fois que Louis passe de peu à côté d’une belle aventure cinématographique. Il espérait ainsi pouvoir tourner avec Nicolas Vanier mais c’est un autre candidat au rôle qui lui a été préféré.

"C’est la loi des castings, il suffit parfois d’un petit détail physique", philosophe Sabine. Pressenti pour jouer le fils de l’acteur Franck Dubosc, Louis vient d’apprendre qu’il n’était finalement pas retenu et que ce nouveau projet tombait dès lors à l’eau.

"Je n’en fais pas une maladie, d’autres opportunités tout aussi intéressantes se présenteront tôt ou tard. J’aimerais beaucoup jouer dans un film de science-fiction avec plein d’effets spéciaux et de trucages. J’espère que ce rêve se réalisera un jour", assure Louis, qui reste assurément les pieds sur terre.

Un don précoce pour la comédie

La maman de Louis n’est pas surprise du parcours de son fils tout en étant aussi un peu à l’origine de son succès

À l’instar de sa grande sœur Camille qui a remporté en 2013 le concours Top Model Belgium et qui pose également devant l’objectif depuis le berceau pour des photos d’art et de mode, Louis est très photogénique. Ce ne sont certainement pas ses copines de classe qui nous démentiront, ni ses très nombreuses admiratrices qui le suivent sur sa page Facebook et son compte Instagram. Une preuve supplémentaire de sa notoriété grandissante.

"Depuis que Ma Reum est sorti en France voici quelques jours, je reçois des tonnes de messages. J’essaie de répondre à tout le monde même si ce n’est pas évident", confie Louis.

Dans le sillage de sa frangine, notre petit playboy a pris goût très jeune au plaisir de se faire tirer le portrait pour des affiches et des magazines vantant de prestigieuses marques de prêt-à-porter : IKKS, J&Joy, Cyrillus, JBC, Petit Bateau, Okaidi, etc.

Avant de faire ses premiers pas au cinéma devant la caméra de Jaco Van Dormael et ensuite aux côtés d’Audrey Tautou (Éternité), Louis est également apparu en TV dans plusieurs spots publicitaires axés là encore sur des collections vestimentaires, voire des campagnes de sensibilisation comme celle de Fost Plus (tri sélectif des déchets ménagers).

"J’ai aussi tourné des pubs pour un jeu de société et une banque luxembourgeoise. Prochainement, vous pourrez me voir sur le petit écran dans une pub pour les pralines Léonidas."

Dans le film de Frédéric Quiring où Kody et Joey Starr font une brève apparition, Louis incarne un des trois sales gosses qui empoisonnent la vie du fils d’Audrey Lamy, laquelle n’hésitera pas à le protéger et à se venger en se découvrant une âme de justicière !

"Audrey est une actrice adorable, elle avait vraiment envie de travailler avec Louis. Ma Reum a été tourné en Belgique, notamment dans les quartiers chics de Lasne", précise sa maman Sabine.

Cette dernière n’est pas étonnée du parcours de son fiston. "Louis a toujours été doué pour la comédie. En guise d’anecdote, je me souviens d’une séance-cinéma où il avait fait le show et improvisé durant les bandes-annonces une chorégraphie sur une chanson de Lady Gaga diffusée dans la salle. Les spectateurs étaient à la fois épatés et morts de rire."