Tournai-Ath-Mouscron Pairi Daiza vient d’introduire une demande de permis pour recréer le territoire des ours polaires

Dans la foulée de celle qui lui a été accordée pour son projet d’extension Wilderness, le parc vient d’introduire une nouvelle demande de permis de construire en vue de reproduire un autre monde thématique qui lui tient à cœur : la Terre du Froid.

L’enquête publique relative à ce nouveau projet qui mettra à l’honneur la faune des régions les plus froides du globe se clôturera le 29 août prochain.

"À ce jour, aucune réclamation ne nous est parvenue. Contrairement au projet Wilderness, il ne devrait pas y en avoir ou très peu dans la mesure où il s’agit d’une extension intra-muros des activités du parc", indique-t-on du côté des services d’urbanisme de la commune de Brugelette.

Concernant le projet en lui-même, il a déjà commencé à prendre forme avec l’ouverture de l’Izba, restaurant d’inspiration russe, à laquelle est venue s’ajouter la construction d’un dépôt pour le train à vapeur touristique et d’un hangar abritant un ancien hydravion. De loin la plus importante et attractive, la seconde phase des travaux pour laquelle le parc sollicite actuellement les autorisations nécessaires verra la création de trois biotopes couvrant une superficie totale de près de 7000 m2.

À commencer par une zone arctique jouxtant une toundra où les visiteurs pourront admirer des morses et surtout des ours polaires. "Les territoires qui seront mis à disposition des ours blancs dépasseront de loin les normes légales belges pour atteindre les standards internationaux les plus exigeants en matière de bien-être", détaille Hubert Van Slembrouck. "Notre souhait est d’ailleurs de voir ces animaux exceptionnels - un mâle et une femelle - s’y reproduire. Les installations envisagées sont adaptées à de possibles gestations et à l’arrivée de petits oursons", ajoute le responsable de la communication du parc.

Dans le même périmètre sera reconstituée une forêt sibérienne (taïga) qui accueillera des tigres blancs originaires de ces contrées ainsi qu’un espace antarctique évoqué par une grotte de glace où des manchots royaux s’offriront au regard du public.

Un petit hôtel d’une cinquantaine de chambres réparties en cinq unités verra également le jour, de même qu’un restaurant, un sauna à usage des résidents et un ice-bar avec vue sur les manchots.