Tournai-Ath-Mouscron Une confiance aveugle aura coûté cher à une dame âgée de 70 ans

Qui n’a jamais reçu dans sa boîte aux lettres une publicité vantant les mérites d’un marabout qui apporterait toutes les solutions à vos problèmes ? Si, dans la plupart des cas, ces annonces se retrouvent à la poubelle, d’autres les prennent bien au sérieux.

C’est le cas de Louise (prénom d’emprunt), une dame âgée de 70 ans résidant à Wervicq, entité située à proximité de Comines. En 2014, la septuagénaire faisait face à de très nombreux problèmes.

Après avoir consulté plusieurs médecins et psychologues, elle décidait au mois d’août de faire appel aux services du marabout dont elle venait de recevoir le prospectus.

C’est ainsi qu’elle est entrée en contact avec le professeur Fila. "Elle a rencontré ce fameux professeur une première fois le 8 août, précise Me Gossieaux, le conseil de la victime. La consultation lui aura coûté 100 €, tout comme la deuxième qui s’est produite huit jours plus tard. La relation de confiance avait alors été établie."

Lors de ce rendez-vous, le professeur Fila a fait payer à Louise une bouteille d’eau bénite au tarif de 590 €. Il aura alors encore poussé le bouchon un peu plus loin en expliquant à la victime qu’elle devait réunir la somme de 15.000 € pour un nouveau rituel.

"Comme ma cliente n’avait pas cette somme, elle a dû la demander auprès de ses amis. Lors du troisième rendez-vous, le 20 août, le professeur Fila lui a dit de placer l’argent dans une enveloppe et de mettre cette dernière sous son lit. Le lendemain, l’enveloppe ne contenait plus d’argent, mais bien des morceaux de carton. Au lieu d’aller mieux, ses problèmes se sont aggravés…"

Après cela , le marabout n’était plus du tout joignable. Louise tombait toujours sur sa messagerie. Elle a alors décidé de porter plainte. Grâce à sa description précise, il a pu être interpellé en gare de Wervicq.

Jospeh M., sa véritable identité, niait alors les faits. Pourtant, ses empreintes étaient à la fois présentes sur la bouteille d’eau bénite et sur l’enveloppe où avaient été placés les 15.000 €. "Mon client n’a pas d’explication particulière quant à la présence de ses empreintes", assurait son avocat, Me Herpoel.

Lors de son interpellation, un flyer du marabout a également été retrouvé sur lui. Il a alors expliqué les distribuer pour un ami originaire de la Côte d’Ivoire.

Après avoir été condamné pour escroquerie en mai 2014, l’homme risque cette fois 16 mois d’emprisonnement.