Tournai-Ath-Mouscron

Rappelez-vous : le jeudi 4 mai, le bourgmestre d’Ath, Marc Duvivier (PS), décidait d’une ordonnance de police plaçant le cœur du village d’Arbre en circulation locale.

En mettant quatre panneaux (au chemin Saint-Joseph, au carrefour avec la rue de Soignies, à la rue Mazette et au carrefour de la chaussée de Mons), le maïeur voulait ainsi rassurer les habitants du centre du village qui ne pouvait que déplorer un afflux d’automobiles dans leur rue suite à l’abondance de travaux plombant le faubourg de Mons et le village voisin de Maffle.

Cette décision était louable sauf que deux pierres d’achoppement se présentaient. Tout d’abord, le bourgmestre annonçait clairement qu’il n’y aurait pas de contrôles.

Il en appelait donc au respect citoyen mais on sait qu’à l’heure actuelle, l’individualisme est de mise. Et ensuite, le panneau placé au carrefour avec la chaussée de Mons était placé sur le territoire de Chièvres. Le collège communal de Chièvres a été sollicité par l’administration communale d’Ath pour prendre une mesure, bien après la décision athoise.

Mais à Chièvres , où les relations entre le bourgmestre Bruno Lefebvre et son voisin Marc Duvivier ne sont pas des meilleures, il a été décidé de ne pas donner une suite à la requête venue de la cité des Géants, tout en précisant que Chièvres n’ira pas enlever le panneau.

Vendredi dernier, le panneau a été déplacé. Probablement par les ouvriers communaux d’Ath. Il se trouve désormais sur le territoire d’Arbre. Mais vendredi, aussi, un des premiers effets négatifs de cette croissance de la circulation, outre les nuisances de circulation, s’est fait ressentir.

L’un des bacs servant de chicanes a été explosé par une voiture, sans que cette dernière ne demande son reste. Cet incident est la preuve de la dangerosité des lieux car sa configuration n’est pas du tout adaptée à une telle circulation..