Tournai-Ath-Mouscron Le centre agronomique hennuyer aide la nouvelle puissance mondiale à se débarrasser du mildiou.

Depuis la fin des années 90, la Chine a noué de fructueux échanges avec le centre de recherche agronomique de la province de Hainaut basé à Ath dans le cadre de la lutte contre le mildiou. Premier producteur mondial de pommes de terre, l’Empire du Milieu n’est pas épargné par ce champignon microscopique qui, chaque année, ravage de nombreuses cultures aux quatre coins du globe. Une délégation d’agronomes chinois issus de la province de Wushi - territoire rural de 100.000 habitants où a été inauguré en 2016 le premier centre belgo-chinois de la pomme de terre - séjourne actuellement à la ferme pilote du Carah pour se perfectionner dans l’art de cultiver la patate et de la protéger contre les maladies. Face à la menace que représente le mildiou, les ingénieurs agronomes du Carah ont mis au point voici déjà plusieurs décennies un ingénieux système d’alerte qui fait aujourd’hui autorité en Wallonie mais aussi en Chine.

« Le mildiou ravage encore de nos jours des millions d’hectares de culture aux quatre coins du globe. Même en Belgique, il n’est pas facile à éradiquer. En fonction des conditions météorologiques, les dégâts sur les cultures peuvent être considérables. A l’heure actuelle, une épidémie sévit dans la province du Yunnan (Chine) où plus de 50% des cultures sont d’ores et déjà détruites », indique François Serneels, ingénieur agronome du Carah…

Sur l’ensemble du territoire chinois, on recense aujourd’hui plus de 400 stations météo reposant sur le savoir-faire du Carah pour maximaliser la protection des champs de pomme de terre, laquelle constitue avec le riz l’aliment de base de la population locale. « On agit de manière préventive en utilisant des fongicides qui, une fois pulvérisés, empêchent les spores libérées par le mildiou de germer et de tuer les feuilles », précise encore François Serneels.