Tournai-Ath-Mouscron Le PS de Belœil mise sur le collège actuel mais aussi sur de nouvelles têtes

Luc Vansaingèle suivi d’Alicia Vandenabeele. Et les autres membres du collège, Marcel André, Michel Dupont et Christian Vandeputte, toujours en course. Le PS misera sur la continuité devant l’électeur. Mais pas seulement. " Sur notre liste figurent douze nouveaux candidats, signale Luc Van der Stichelen, président de l’USC. La moyenne d’âge est de 48 ans. Nous allions maturité et jeunesse, avec quatre candidats de moins de 30 ans."

La parité sera de mise jusqu’au bout de la liste, avec au total douze hommes et onze femmes. "Nous avions trente-quatre candidats en tout. Il a fallu faire des choix, en respectant les villages aussi. "

Le président l’assure : la majorité a assumé son travail. "Pas de projets mirobolants mais une gestion en bon père de famille", indique-t-il.

Le reste du classement doit encore être établi. Dernier par ordre alphabétique, Luc Vansaingèle emmènera la liste. "Mais je n’aurais eu aucun problème à laisser cette première place. Finalement, ce qui importe, c’est la santé, pas la place, souligne Luc Vansaingèle. Nous avons une belle équipe pour aborder les élections. Nous avons fait de notre mieux pour gérer la commune."

Et le PS entend rester aux affaires. Le bourgmestre parle d’une liste variée, tant au niveau des générations que des villages représentés. "Dans une entité où les esprits de clocher sont encore vifs, nous avons pensé aux villages. La plupart sont représentés. Mais il ne faut pas tomber dans la surlocalisation. Quand on parle du charroi à Quevaucamps ou d’un manque de pression d’eau à Belœil, nous travaillons au profit de l’entité dans son ensemble pour trouver des solutions. "

Derrière le duo de tête, on retrouve, par ordre alphabétique, Marcel André, Sylviane Bierny, Johan Bossu, Nadège Brouillard, Jean-François Canon, Antoine Cultiaux, Philippe Delplanque, Carine Dramais, Catherine Dubois, Margot Ducarme, Mélanie Dufrasnes, Michel Dupont, Sylvie Flasse, David Gomez, Daniel Leturcq, Adélaide Malray, Jean-Michel Maton, Lucette Ravez, Valérie Tanghe, Luc Van der Stichelen et Christian Vandeputte.

Pas à rougir

Nous n’avons pas à rougir d’être socialistes." Voilà le mot d’ordre des candidats PS de Belœil. "Même si la famille socialiste a parfois connu des orages, il faut défendre nos valeurs et nos acquis, martèle le bourgmestre, Luc Vansaingèle. Or, aujourd’hui, on fait travailler les gens plus longtemps et on ne donne pas de perspectives aux jeunes. Certains n’hésitent pas à s’allier aux multinationales et aux plus nantis."

Luc Van der Stichelen, président de l’USC, embraie. "Partir devant l’électeur avec le sigle PS nous paraissait normal, même si nous accueillons aussi quatre candidats non affiliés au PS."

À noter que s’il arrive en ordre utile pour occuper un poste à responsabilités au soir du 14 octobre, le président de l’USC lèvera l’incompatibilité qui est la sienne en tant que directeur d’école.