Tournai-Ath-Mouscron Le footballeur continuera à chanter les chansons de Johnny

Benjamin Wérion constitue bien la preuve que Johnny Hallyday séduisait toutes les générations. Âgé de 32 ans, le capitaine de l’équipe P3 du Péruwelz Football Club a eu la chance d’assister à trois concerts de l’artiste.

"Deux fois quand il chantait seul et une fois, au printemps dernier à Lille, aux côtés de ses compères Mitchell et Dutronc avec Les vieilles canailles . C’est un pote qui m’a initié à Johnny. Pour vous dire, il lui arrivait de prendre congé quand un nouveau CD sortait. À force d’écouter les morceaux, en voiture notamment, je suis devenu fan. J’ai aussi dû voir je ne sais pas combien de concerts de Johnny sur DVD."

Pour ce directeur d’agence bancaire, Johnny Hallyday est et restera intemporel. Chaque personne, chaque génération a en tête une chanson de lui.

Benjamin Wérion en a plusieurs, en fonction du moment, de l’humeur. "Si je suis en tête-à-tête avec ma compagne pour un repas, c’est Je te promets , la plus belle pour moi. J’aime beaucoup Gabrielle également. Quand je pense aussi à tous les artistes qui ont travaillé avec lui, c’est dingue. Johnny a traversé les époques, les modes, passant du yé-yé au rock puis à la chanson française et jonglant d’un genre à l’autre aussi lors de ses concerts les plus récents d’ailleurs. À plus de 70 ans, il faisait encore le grand écart. Il fallait vivre ça au moins une fois dans sa vie."

Quand il s’est réveillé ce mercredi, Benjamin avait déjà reçu le message d’un ami lui signalant la mort du chanteur. "Je me suis branché sur les chaînes d’info, où les sujets sur Johnny et sur sa vie s’enchaînaient. On s’y attendait. On se préparait à cette nouvelle. Mais la tristesse est bien là tout de même."

Pour Benjamin, Johnny continuera à véhiculer l’image d’une bande de copains, avec les Mitchell, Dutronc et autres. "Johnny, c’est une bonne bouffe, des chansons entre amis. Il faut garder cet état d’esprit. Sa mort en fait une légende. On va manger du Johnny pendant un an."

Ce qui n’est pas pour déplaire à Benjamin Wérion. "Je suis sûr que de là-haut, il préfère nous voir chanter ses chansons plutôt que pleurer."