Tournai-Ath-Mouscron

Un Pecquois de 34 ans condamné pour avoir rapatrié illégalement une famille afghane en Belgique.

Le tribunal correctionnel de Tournai a rendu son jugement, jeudi, dans le cadre d’un trafic d’êtres humains. Agé de 34 ans, un habitant de Pecq, A.L., a été condamné à 15 mois de prison tout en bénéficiant d’un sursis de cinq ans pour ce qui excède la détention préventive.

Le prévenu qui devra également s’acquitter d’une amende de 8250€ (ou 15 jours de prison) était également poursuivi pour avoir falsifié des cartes d’identité dans le but de faciliter l’entrée sur le territoire belge d’une famille afghane en provenance de Grèce où celle-ci vivait sous une tente, dans le dénuement le plus extrême.

Il s’agit d’une femme et de ses trois filles, respectivement âgés de 6, 10 et 13 ans.

Pour le ministère public, A.L. n’a pas agi dans un but humanitaire comme il le prétend mais à des fins lucratives. A l’audience du mois dernier, le passeur niait pourtant avoir profité du malheur d’autrui pour s’enrichir.

A la demande d’un ami, il dit avoir effectué le trajet aller-retour Tournai-Athènes pour ramener cette famille en détresse à qui il demandera 2000€.

En perquisitionnant son domicile, les enquêteurs ont découvert des photos d’identité correspondant aux victimes. Celles-ci ont même été filmées afin d’informer leurs proches restés au pays qu’elles étaient arrivées à bon port.

Le dossier répressif révèle encore que A.L. voyageait beaucoup à l’étranger et qu’il a immatriculé à son nom une quinzaine de véhicules différents.