Tournai-Ath-Mouscron Luc Tiberghien déplore un règlement bancal et à deux vitesses

La ville de Mouscron regorge d’événements. Comme de toute fête ou manifestation, il est toujours utile d’en faire la publicité, le succès en dépend. Une petite discussion est née à propos des banderoles d’annonce visibles dans toute la ville. Pour certains, le règlement et le respect de celui-ci ne sont pas clairs.

"On peut parler d’un véritable bordel occasionné par la pose de ces banderoles. On nous a demandé d’enlever des bannières sur les prochaines 24 heures, car nous les avions posés plus de trois semaines avant l’événement", explique Luc Tiberghien, conseiller communal (Ecolo).

Luc Tiberghien n’est pas contre cette règle, mais il considère qu’elle n’est pas la même pour tout le monde. Il y aurait deux poids deux mesures à ce sujet. "On a remarqué que la publicité pour l’apéro du bourgmestre était présente bien avant ces prétendues trois semaines. Bien sûr, elles sont restées."

Le conseiller ne veut pas en faire une guéguerre politique. Chacun a, selon lui, le droit de tenir ses festivités, mais il considère que tout le monde a droit à sa visibilité.

"Si on compte tous les échevins et les manifestations en rapport avec eux, cela prend à chaque fois de la place pour une banderole. Ça en laisse alors très peu pour le milieu associatif. Cela me désole", ajoute Luc Tiberghien.

Lors du dernier conseil communal, le conseiller écologiste a demandé plus de clarté sur ce sujet. Il a précisé qu’il voulait que ces ajustements soient consultés.

Il ne veut pas que ces modifications soient juste administratives.

Le bourgmestre, Alfred Gadenne (CDH), a reconnu que la situation était préoccupante. "Je suis d’accord, vu le nombre de banderoles, il a des choses à faire."