Tournai-Ath-Mouscron Jean-Yves Sturbois et ses colistiers s’engagent à démissionner du parti mais pas du conseil communal

Alors qu’il était pressenti pour emmener la liste MR en 2018 dans la cité d’Arenberg, l’échevin Jean-Yves Sturbois a préféré se lancer dans une nouvelle aventure politique, entraînant dans son sillage d’autres conseillers libéraux sur une liste citoyenne baptisée Enghien en Mouvement.

Dans ces conditions, le scénario d’une rupture avec le reste du MR enghiennois devenait inéluctable.

L’entretien auquel ils ont été convoqués le week-end dernier, au siège de la fédération hennuyère du MR, à Charleroi, n’a fait qu’entériner le divorce.

Après avoir joué les conciliateurs, son président Denis Ducarme ainsi qu’Olivier Destrebecq, président de l’arrondissement du Centre, ont bien dû se rendre à l’évidence qu’ils ne parviendraient pas à concilier les positions des uns et des autres. "Notre volonté est de construire un projet de ville associant l’ensemble de la population sur une liste d’ouverture en faisant fi des clivages traditionnels. Celui-ci aurait été difficilement concevable en restant lié à des structures partisanes et rigides. Notre démarche peut paraître audacieuse mais nous y croyons", commente Jean-Yves Sturbois.

Les instances de son parti lui ont logiquement demandé de démissionner, lui et ses colistiers d’Enghien en Mouvement, ce qu’ils feront d’ici peu tandis qu’une réunion était programmée, hier soir, avec leurs sympathisants afin de définir les modalités de la séparation. "Il n’entre pas dans nos intentions, en revanche, de démissionner du conseil communal en sachant que nous avons été élus sur une liste LB et non MR."

Tout en déplorant cette situation qui déforce ses troupes, Florine Pary-Mille a pris acte de l’impossibilité de maintenir l’unité du MR enghiennois à un an du retour aux urnes. "Leur choix est d’autant plus incompréhensible que le MR a toujours ouvert ses listes à la société civile. En 2012, plus d’un tiers de nos candidats se présentaient pour la première fois", rappelle l’ancienne député-bourgmestre.

Le MR compte désormais sur cette mandataire expérimentée pour conduire sa liste en 2018 aux côtés de jeunes recrues susceptibles d’assurer la relève. "Celle-ci comprendra des hommes et des femmes de tous les villages de l’entité mais aussi de toutes les tranches d’âge et couches sociales."